Accueil La Newsly Room International L’arme nucléaire la plus puissante au monde est détenue par la Russie

L’arme nucléaire la plus puissante au monde est détenue par la Russie

209
PARTAGER
Kanyon, l'arme nucléaire la plus puissante du monde. Crédit photo : publicdomainpictures

Le 11 janvier, The Huffington Post a divulgué une copie de la première revue de posture nucléaire de l’administration Trump. Il est clair que les armes nucléaires vont probablement jouer dans la sécurité américaine au cours des 5 à 10 prochaines années. Il confirme également que la Russie développe Kanyon, l’arme nucléaire la plus puissante du monde.

Kanyon, une arme nucléaire dévastatrice

Il se pourrait que la Russie soit en train de développer une nouvelle arme nucléaire appelée Kanyon, également connue sous le nom d’Ocean Multipurpose System Status-6. Il transportera la plus grande charge nucléaire jamais atteinte, deux fois plus grande que l’infâme Tsar Bomba, qui était la plus grande arme nucléaire jamais détonée.

Basé sur des documents russes ayant fait l’objet de fuites, Kanyon est une torpille autonome dotée de l’arme nucléaire capable de parcourir 10 000 kilomètres avec une ogive thermonucléaire de 100 mégatonnes comme charge utile. Certains de ces chiffres peuvent refléter des objectifs espérés ou des estimations finales, et non des valeurs testées dans le monde réel.

Explosion du Tsar Bomba qui ne contenait que 57 mégatonnes de charge :

Bien sûr, les Américains n’ont probablement pas besoin de s’inquiéter d’une attaque Kanyon surprise. Mais la perspective d’une version, même réduite, de cet appareil atteignant une cible américaine est véritablement effrayante. C’est une arme terrifiante et son développement est un signe que la Russie cherche à diversifier sa stratégie nucléaire avec pour objectif de contourner les futures défenses antimissiles américaines.

Un rapport pas particulièrement positif

Le rapport est généralement pessimiste quant à l’état actuel des armements nucléaires dans le monde. Les États-Unis ont réduit de 85 % leur nombre d’ogives depuis la fin de la guerre froide. Néanmoins, le rapport du Pentagone note que les efforts de l’Amérique pour convaincre les autres nations de réduire leurs propres armements ou d’éviter de construire de nouvelles armes ont échoué.

Il n’est pas très optimiste que les efforts à court terme visant à réduire le nombre d’armes nucléaires développées dans des États comme la Corée du Nord soient couronnés de succès.

Source :

Sciencepost