Accueil La Newsly Room L’horloge de l’apocalypse a été avancée de deux minutes pour risque nucléaire

L’horloge de l’apocalypse a été avancée de deux minutes pour risque nucléaire

205
PARTAGER
Horloge de l’apocalypse : le monde serait proche d'un cataclysme nucléaire. Crédit photo : Pxhere

L’horloge de l’apocalypse représente l’imminence d’un cataclysme planétaire. Cette semaine à Washington, elle est passée à minuit moins deux minutes à cause des facteurs négatifs qui ont impacté le monde durant l’année 2017. Dans les faits, plus l’aiguille est proche de minuit, plus il y a un risque de conflit planétaire.

Une proximité jamais égalée depuis 1953

C’est la première fois depuis 1953 et le challenge des tests de la bombe à hydrogène entre l’Union soviétique et les États-Unis que l’aiguille est aussi proche de minuit. L’aiguille de l’horloge du Bulletin of Atomic Scientists a donc perdu 30 secondes. Rachel Bronson, la présidente et l’éditrice de cette organisation, justifie ce choix en invoquant une augmentation du risque de conflit nucléaire mondial et « l’imprévisibilité » du président des États-Unis.

Le principe de l’horloge de l’apocalypse expliqué en détail :

L’année 2017 a vu la question du nucléaire revenir au centre des préoccupations. On a vu un engagement plus croissant des pays comme la Corée du Nord dans le nucléaire ainsi que la Chine, le Pakistan, l’Inde et la Russie. De plus, il faut aussi ajouter les déclarations et les tweets provocateurs de Donald Trump.

Une horloge ajustée vingt fois depuis 1947

Depuis qu’elle a été créée en 1947, l’horloge de l’apocalypse a subi au moins 20 modifications. Alors qu’elle était à minuit moins deux minutes en 1953 lors de la guerre froide, elle n’était plus qu’à minuit moins 17 minutes en 1991, au terme de cette dernière. Au cours de l’année précédente 2017, l’aiguille avait été avancée de trente secondes pour afficher minuit moins deux minutes et trente secondes. Une fois de plus, ce changement avait été justifié par les propos et les agissements de Donald Trump.

En 2015, l’horloge avait été repoussée de deux minutes. Elle était donc à minuit moins trois et, en 2016, elle était restée inchangée. Pour justifier cette position, les chercheurs ont cité l’accord sur le nucléaire iranien et les ceux sur le climat à Paris fin 2015.