Accueil La Newsly Room Maëlys a été identifiée par sa mère dans la voiture de Nordahl...

Maëlys a été identifiée par sa mère dans la voiture de Nordahl Lelandais

1162
PARTAGER

Ce nouvel élément pourrait accabler un peu plus Nordahl Lelandais, le principal suspect dans l’affaire de la petite Maëlys disparue. Les enquêteurs et les parents de la fillette auraient visionné ensemble des images de vidéosurveillance sur lesquels sa mère dit avoir reconnu une bretelle de la robe blanche que portait sa fille.

Un nouvel élément à charge ?

Selon les informations du Parisien, des images de vidéosurveillance montrant le suspect le soir d’un mariage à la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin en Isère montrent une fillette vêtue d’une robe blanche dans la voiture de Nordahl Lelandais. La mère de Maëlys dit avoir reconnu lors du visionnage une bretelle de la robe que portait sa fille.

La vidéosurveillance a été visionnée par les parents de Maëlys. Crédit photo : what.isup.ws

Même si ce détail paraît futile, pour la mère de la disparue aucun doute n’est possible : les images enregistrées lors de la nuit du 26 au 27 août montrent bien sa fille assise côté passager de l’Audi A3 reconnue comme étant la propriété de Nordahl Lelandais. Pourtant, au retour de l’Audi 37 minutes après, la forme ne s’y trouve plus.

L’Audi A3 au centre de l’enquête

Pour le procureur de Grenoble, cette reconnaissance de Jennifer Cleyet-Marrel, la mère de Maëlys confirme la description qu’il avait faite au mois de novembre en qualifiant cette présence côté passager de « silhouette frêle de petite taille vêtue d’une robe blanche ». Cette assertion avait été rejetée en bloc par la défense, qui voyait en cette forme une femme adulte.

Les caméras de vidéosurveillance ont aussi permis aux enquêteurs de retracer le parcours du suspect le 27 août. Ils ont pu déterminer que ce dernier avait procédé au nettoyage approfondi de sa voiture côté passager. Malgré tout, une trace d’ADN de Maëlys avait été prélevée sur ce siège, ce qui a permis sa mise en examen pour « enlèvement et séquestration d’un mineur ». Ce nouvel élément permettra au procureur de rejeter sa demande de remise en liberté déposée le 16 janvier dernier.

Source :

Le Point