Accueil La Newsly Room Santé Retenir un éternuement peut être dangereux selon les médecins

Retenir un éternuement peut être dangereux selon les médecins

338
PARTAGER
Bloquer un éternuement, une manœuvre dangereuse. Crédit photo : Pxhere

Les médecins mettent en garde contre le fait d’étouffer un éternuement après qu’un homme de 34 ans s’est présenté au service des urgences d’un hôpital de Leicester en Angleterre avec un cou enflé et une douleur extrême. Une tomodensitométrie a confirmé ce qu’ils soupçonnaient : la force de l’éternuement réprimé a déchiré l’arrière de sa gorge.

Étouffer un éternuement : une manœuvre dangereuse

Arrêter d’éternuer en bloquant les narines et la bouche est une manœuvre dangereuse à éviter. Beaucoup de gens, quand ils sentent un éternuement, bloquent toutes les sorties, avalant essentiellement la force explosive de l’éternuement. Dans de rares cas, on peut se casser la gorge, faire éclater un tympan ; cela peut également entraîner des déchirures musculaires dans le dos, une hémorragie conjonctivale ou faire éclater un vaisseau sanguin dans le cerveau, ont prévenu les chercheurs.

Le patient s’est retrouvé à l’hôpital et il a été traité avec des antibiotiques. Crédit photo : Pxhere

Selon l’étude, le jeune homme (dont l’identité est protégée pour des raisons de confidentialité) s’est pincé le nez et a fermé la bouche pour retenir un éternuement énergique, ce qui a fini par causer la blessure. L’homme qui pouvait à peine avaler ou parler a été admis à l’hôpital, car le risque de complications graves était élevé.

Sept jours d’hospitalisation à la clé

Le patient a fait la description d’« une sensation de claquement dans son cou » après qu’il ait tenté d’étouffer un éternuement. Au moment où les médecins l’examinaient, ils entendaient aussi le bruit de claquement, ainsi que quelques craquements (appelés crépus) s’étendant du cou à la cage thoracique. Ceci, disent les médecins, est un signe certain que des bulles d’air avaient atteint les tissus profonds et les muscles de la poitrine, ce qui a été confirmé plus tard par un scanner tomographique.

L’homme a été nourri par un tube et a reçu un traitement à base d’antibiotiques par voie intraveineuse jusqu’à diminution du gonflement et de la douleur. Il a été libéré après une semaine.

Source :

Europe1