Accueil La Newsly Room Malwares et porno sur les applications du Google Play Store

Malwares et porno sur les applications du Google Play Store

290
PARTAGER
Source : JESHOOT - Pixabay

Les applications disponibles sur Android font régulièrement l’objet d’attaques de virus et de malwares, qui se répandent ensuite sur les téléphones et tablettes des personnes qui les téléchargent. Dernièrement, le Play Store de Google a dû se séparer de nombreuses applications comportant des virus, pop-up pornographiques ou tentatives d’escroqueries.

Source : Alphalight – Pixabay

Un problème pour les enfants et jeunes adolescents

Le plus gros problème que rencontre Google actuellement, c’est que les malwares visent, en premier lieu, des petits jeux que les parents téléchargent généralement pour leurs enfants. Ces derniers se retrouvent ainsi en contact avec des images pornographiques, sans parler des risques d’escroquerie.

Généralement, la personne est amenée à transmettre son numéro de téléphone, à cause du malware, ce qui la poussera – sans le savoir – à souscrire à des services payants.

Inscription involontaire à des services payants

Le deuxième problème est que ces pop-up pornographiques ne se contentent pas d’afficher du contenu inapproprié. En effets ces applications malveillantes peuvent ainsi se déclencher d’une tout autre manière et faire croire à l’utilisateur que son appareil est infecté.

Ainsi, quand ce dernier clique sur la fausse application de sécurité suggérée par le malware, il court le risque de souscrire à un service payant (et très cher). Ce n’est pas pour rien que ce sont les applications pour les jeunes qui sont visées. En effet, ce public – plus impressionnable que les autres – risque de « croire » le virus et de payer les pirates sans s’en rendre compte (notamment grâce aux données enregistrées automatiquement). Par ailleurs, ces applications malveillantes peuvent manipuler la confiance des utilisateurs, notamment parce que ces derniers auront téléchargé ces dernières sur Google Play qui est un service de confiance, officiel et – normalement – sécurisé.

Source :

ZDnet