Accueil La Newsly Room Wiko reconnaît enfin que les données des utilisateurs sont transférées en Chine

Wiko reconnaît enfin que les données des utilisateurs sont transférées en Chine

317
0
PARTAGER
Wiko reconnait enfin que les donnees des utilisateurs sont transferees en Chine
Crédit photo Frandroid

Le constructeur français Wiko est au cœur d’une polémique assez grave. Il a en effet été découvert que les données des utilisateurs de ses Smartphones étaient transférées en Chine. À l’origine, deux applications discrètement installées dans ses téléphones. Le constructeur dément l’accusation d’espionnage et présente ses excuses.

La découverte d’un système d’espionnage bien huilé

Chaque mois, Wiko transfert en Chine des données telles que le numéro de série, la localisation GSM, le numéro IMEI, la version du logiciel système ainsi que le numéro du client sur les serveurs chinois Tinno. Cela est rendu possible par l’installation dans les Smartphones des applications ApeSaleTracker et ApeStsMonths.

l'entreprise francaise Wiko
Crédit photo Phonandroid

Cette découverte a été faite par Elliot Alderson, hacker qui traque et étudie les Smartphones pour découvrir leurs failles. Face au déni de Wiko, Alderson brandit le code source compilé et précise que les données volées sont transférées par SMS.

Wiko se défend et présente ses excuses

L’entreprise ne reconnaît pas avoir espionné ses clients, à leur insu. Elle avoue ne récolter des informations que pour établir des statistiques de vente. Dans la foulée, elle admet finalement collecter des informations dans le cadre bien précis de traitement de données personnelles via un audit de 2017.

le tweet Elliot Alderson
Le tweet Elliot Alderson Capture 01Net

Wiko reconnaît collecter des infos au moyen de la simple connexion internet, par HTTP et non par SMS. Pour l’occasion, elle se sert dit-elle de l’algorithme RSA et chiffre les données avant leur envoi. Cette découverte grave et gênante s’est soldée par les excuses de Wiko qui prend la résolution d’alléger les applications mobiles espionnes. La marque promet aussi de ne récolter les informations à l’avenir qu’une seule fois et non mensuellement, en se limitant aux serveurs français.

Cette découverte aura au moins permis de faire cesser une pratique qui ne respecte pas la vie privée des utilisateurs. Se sentant désormais surveillé, on peut envisager que Wiko ne recommencera pas dans un avenir proche.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz