Le 24 juin 2016 les Britanniques votaient à une majorité relative « oui » au référendum sur le Brexit ou sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne. Depuis lors divers gouvernements et Premier Ministre se sont succédés sans entériner avec effectivité la partition du Royaume-Uni de l’UE, bien au contraire la situation penche même désormais vers l’abandon du Brexit ou la tenue d’un second reférendum. Où en est-on réellement 3 ans après le vote ?

Theresa May, l’échec de trop

Farouchement opposée à l’idée du Brexit mais souhaitant réaliser la volonté du peuple britannique, Theresa May a entrepris depuis son accession au pouvoir de négocier un accord de sortie garantissant un filet de sécurité à la Grande-Bretagne.

Ses tentatives se sont avérées vaines dans la mesure où Bruxelles mécontent du choix des Britanniques ambitionnait de les punir et les marginaliser au travers d’un Brexit dur. Malgré un accord tacite et de près de 500 pages rédigé en bonne et due forme la Grande-Bretagne ne sortira finalement pas à la date prévue le 29 mars 2019.

Résultat, un vote sanction du parti conservateur qui avait perdu confiance en Teresa May. Son remplaçant Boris Johnson, lui ouvertement pour le Brexit espère faire mieux et se donne les moyens de sa politique. Ce dernier a entamé une tournée au sein des nations constitutives du Royaume-Uni depuis son premier discours en tant que chef de l’exécutif.

Boris Johnson (BoJo) ou l’illuminé qui prêche pour une sortie brutale

Depuis son accession à la magistrature suprême de Grande-Bretagne, Boris Johnson prêche en faveur d’un Brexit dur. Cependant, alors qu’il pensait le tour joué d’avance, ses récents déplacements n’ont fait que raviver le spectre d’une possible dislocation du Royaume. L’Ecosse étant pro-Bruxelles, au même titre que l’Irlande du Nord, qui elle, menace même de se réunifier avec sa voisine de la République d’Irlande pour ne former désormais qu’une seule nation irlandaise.

Après un timide accueil en Ecosse et en Irlande du Nord, c’est désormais au Pays de Galles que BoJo tente de sauver les meubles d’un Brexit qui pointe le bout de son nez sans jamais découvrir son visage, depuis 3 ans.

Désormais fixé au 31 octobre 2019 avec ou sans accord, la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne n’a apparemment pas fini de faire couler de l’encre.

Source :

Sud-Ouest

Ne ratez plus les news les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici