Accueil International Libye : une attaque faisant des dizaines de mort dans un centre...

Libye : une attaque faisant des dizaines de mort dans un centre de détention

927
Source : Pixabay. La crise en Libye continue.

Une attaque a tué jusqu’à 40 migrants dans un centre de détention situé à la périphérie de Tripoli, la capitale libyenne, ont annoncé des responsables gouvernementaux. Quelque 80 personnes ont été blessées dans le centre, qui, selon le gouvernement soutenu par l’ONU, a été frappé par une attaque aérienne.

Les forces anti-gouvernementales dirigées par le chef de guerre, le général Khalifa Haftar, ont accusé les forces gouvernementales d’un bombardement. On pense que la plupart des morts sont des Africains qui tentent de rejoindre l’Europe par la mer depuis la Libye. Des milliers migrants ont été arrêtés et détenus dans des centres gérés par le gouvernement.

Que sait-on de l’attaque ?

Quelque 120 migrants se trouvaient à l’intérieur d’un hangar au centre de détention de Tajoura, qui a été touché. Un responsable du ministère de la Santé, le docteur Khalid Bin Attia, s’est rendu sur les lieux et a décrit le carnage.

Ci-dessous une vidéo en anglais relatant cette attaque :

Il y a eu des gens partout, le camp a été détruit, de nombreuses personnes étaient en larme, a-t-il déclaré. Ils ne pouvaient pas voir la zone très clairement, mais juste au moment où l’ambulance est arrivée, c’était horrible, il y avait du sang partout, a ajouté M. Attia.

Qui est l’auteur de cette attaque ?

Le gouvernement soutenu par l’ONU, dirigé par le premier ministre Fayez al-Sarraj, a accusé la soi-disant armée nationale libyenne d’avoir mené une attaque aérienne contre le centre. Le crime odieux est prémédité, a-t-il déclaré.

L’armée nationale libyenne, dirigée par le général Haftar, a combattu les forces gouvernementales dans la région où les affrontements avaient eu lieu. Il avait annoncé lundi qu’il lancerait de lourdes frappes aériennes sur des cibles à Tripoli après l’épuisement des moyens de guerre traditionnels. Le gouvernement en place aurait bombardé un camp près du centre.

Source :

BBC