Accueil Economie Google City suscite une nouvelle controverse

Google City suscite une nouvelle controverse

Source : Pixabay. La ville intelligente de Google suscite la controverse.

Sidewalk Labs, une société sœur de Google, a publié son projet de construction d’une ville intelligente à Toronto, suscitant une nouvelle controverse. Dans un document de 1 500 mots, la société a énoncé ses ambitions d’améliorer l’environnement urbain avec diverses innovations de haute technologie.

Waterfront Toronto, l’organisme qui décidera si la soumission est retenue, a mis en doute les propositions. Dans le même temps, certains citoyens souhaitent que les plans soient entièrement abandonnés.

Des rats de laboratoire

Le partenariat entre Sidewalk Labs et Waterfront Toronto a été annoncé en 2017 et les projets de revitalisation d’une partie désaffectée de la ville devaient servir de modèle pour le développement urbain futur. Mais les citoyens ont exprimé leur inquiétude de devenir des rats de laboratoire et ont mis en doute les motivations de Sidwalk Labs pour la construction d’une ville intelligente.

Ci-dessous une vidéo en anglais parlant de ce projet :

Un groupe de personnes a tenu des réunions pour exprimer leur inquiétude croissante quant à la décision d’une grande entreprise de technologie de prendre des décisions concernant la vie en ville. Le groupe va organiser une réunion le 3 juillet pour discuter des plans. Le directeur général de Sidewalk Labs, Dan Doctoroff, est resté optimiste quant à ses intentions, affirmant qu’il souhaitait créer quelque chose d’extraordinaire dans le secteur riverain de l’est de Toronto.

Un autre point de vue

Le plan directeur d’innovation et de développement décrit une série d’innovations, des réseaux d’énergie thermique et avancée, à la construction en usine de bâtiments en bois, en passant par un réseau de mobilité dynamique avec pistes cyclables et feux de signalisation adaptatifs.

Le président de Waterfront Toronto, Stephen Diamond a affirmé qu’il y avait des domaines clés dans lesquels les deux organisations avaient des perspectives très différentes. Cela incluait l’ampleur du plan, qui était beaucoup plus vaste que le site original de 12 hectares.

Source :

BBC

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here