Accueil Le saviez-vous? Libération de méthane provenant de Mars

Libération de méthane provenant de Mars

27
PARTAGER
Source : Pixabay. Détection d'une quantité importante de méthane sur Mars.

Une station spatiale européenne a confirmé un rapport selon lequel du méthane aurait été libéré de la surface de Mars. Le pic de méthane a d’abord été mesuré par le robot Curiosity de la NASA à la surface. La nature et l’étendue de la diffusion de méthane dans l’atmosphère martienne sont intensément débattues.

Le gaz présente un intérêt, car le méthane terrestre peut provenir de formes de vie ainsi que de processus géologiques. Le méthane n’est censé avoir qu’une courte durée de vie dans l’atmosphère martienne, sa détection signifie donc qu’il doit avoir été rejeté très récemment. Un taux important de méthane a été détecté par le robot le 15 juin 2013. La mesure a été confirmée par les données recueillies le lendemain par le spectromètre planétaire de Fourier (SPF) à abord de Mars Express.

Une sonde envoyée en quête de méthane

En général, les chercheurs n’ont détecté aucun méthane sur Mars. Même si les parties identifiées représentent une quantité relativement faible, cela est tout à fait remarquable pour cette planète. La mesure correspond à une moyenne d’environ 46 tonnes de méthane présente dans une zone de 49 000 km².

Ci-dessous une vidéo relatant ces faits en anglais :

Les scientifiques ont envoyé une sonde pour détecter le méthane présent sur Mars. Au moment de la détection de Curiosity, on pensait que le méthane aurait pu provenir du nord du rover et que la libération provenait de l’intérieur du cratère Gale, le lieu d’atterrissage de Curiosity.

Biologique ou géologique ?

Le méthane peut être produit de différentes manières sur Mars. Si les microbes existent toujours, ils sont une source possible. Le méthane produit par des micro-organismes dans un passé lointain pourrait également être piégé dans la glace.

Lorsque la glace se fond, elle pourrait alors libérer l’ancien méthane dans l’atmosphère. Par ailleurs, certains processus géologiques peuvent produire du méthane et ne nécessitent pas de biologie. Ceux-ci incluent la serpentinisation, un processus d’altération minérale de la croûte impliquant de la chaleur et de l’eau.

Source :

BBC