Accueil International Le contenu Instagram sur les troubles de l’alimentation est hors de contrôle

Le contenu Instagram sur les troubles de l’alimentation est hors de contrôle

131
Source : Pixabay. Des contenus promouvant les troubles de l'alimentation sur Instagram.

Le contenu sur Instagram qui promeut les troubles de l’alimentation est hors de contrôle. Une enquête a révélé que des enfants échangeaient des images de perte de poids et leur donnaient des conseils pour aggraver leurs maladies. Le Dr Jon Goldin, un psychiatre de renom, a déclaré que des personnes vulnérables trouvaient des groupes assez inquiétants en ligne.

Selon le média social, il ferait tout leur possible pour supprimer tout contenu assurant la promotion de troubles de l’alimentation et le supprime quand il y en a. En janvier, le cas de Molly Russell, âgée de 14 ans, qui s’est suicidée après avoir visionné des images d’automutilation, a suscité de nombreuses critiques à l’égard de la plateforme de réseau social.

Les réactions d’Instagram

Après une pression publique, la plateforme appartenant à Facebook a annoncé un examen approfondi. D’autre part, la société a également tenu un engagement en vue d’enlever  toutes les publications dommageables du site. Toutefois, il existe encore des publications favorisant et glorifiant les troubles de l’alimentation tels que l’anorexie et la boulimie.

Ci-après une vidéo en anglais parlant de ces faits :

Un grand nombre des images publiées représentent des jeunes femmes très minces, souvent accompagnées d’instructions sur les régimes extrêmes et de méthodes permettant d’éviter tout contrôle des parents. Certains utilisateurs n’ont même pas hésité à féliciter les efforts de ces personnes qui visent à perdre des quantités extrêmes de poids.

Des images terrifiantes

Jodie-Leigh Neil a déclaré qu’Instagram avait alimenté son trouble de l’alimentation. Les images étaient terrifiantes, car il y avait juste la peau et des os. Et les commentaires des utilisateurs ont renforcé la situation avec des réponses du genre « je me sens si gros partout dans ces posts », alors que la photo montre une personne vraiment maigre.

Rose Anne Evans pense également qu’Instagram a joué un rôle majeur dans sa maladie et dit que même à l’hôpital, la plateforme la bombardait de recommandations pour examiner les contenus préjudiciables.

Source :

BBC