Accueil Santé Un remède contre le VIH ? Les médecins partagent le succès des...

Un remède contre le VIH ? Les médecins partagent le succès des traitements à Londres

Source : Pixabay. Un traitement pour combattre le SIDA.

Un homme malade du SIDA est devenu la deuxième personne à avoir guéri du VIH dans le monde. Il a été greffé de la moelle osseuse d’un donneur résistant à la maladie, ont indiqué les médecins. Cet homme vit au Royaume-Uni.

Trois ans après la greffe de cellules souches provenant de la moelle osseuse d’un donneur ayant une mutation génétique assez particulière et près de 18 mois après la fin du traitement antirétroviral, il a été révélé que la personne ne présente plus aucun signe de la maladie. Cette mutation génétique se caractérise par sa résistance au VIH.

Une maladie qu’on peut désormais combattre ?

Le cas est une preuve que les scientifiques seront un jour en mesure de mettre fin au SIDA. Selon les médecins, le patient est guéri et en rémission. Toutefois, ils ont averti qu’il est trop tôt pour dire qu’il est entièrement guéri.

Voici les détails de cette nouvelle en anglais :

L’homme est appelé « le patient de Londres », en partie parce que son cas est similaire au premier cas connu de guérison fonctionnelle du VIH, chez l’Américain, Timothy Brown, qui est connu comme étant le patient de Berlin. Actuellement, quelques 37 millions de personnes dans le monde sont victimes du VIH et cette maladie a tué environ 35 millions d’individus.

Dernière chance

En 2016, alors qu’il était très malade d’un cancer, les médecins ont décidé de rechercher un greffon qui lui correspond. C’était vraiment sa dernière chance de survie. Le donneur, qui n’était pas apparenté, avait une mutation génétique appelée « CCR5 delta 32 », qui confère une résistance au VIH.

La greffe s’est déroulée relativement bien, mais il y a eu quelques effets secondaires. La plupart des experts disent qu’il est inconcevable que de tels traitements soient un moyen de guérir tous les patients. La procédure est coûteuse, complexe et risquée. Il faudra trouver des donneurs identiques, dans la proportion infime de personnes.

Source :

TheDailyStar

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here