Accueil La Newsly Room International Crise au Venezuela : le risque d’une guerre civile

Crise au Venezuela : le risque d’une guerre civile

45
PARTAGER
Source : Pixabay. Une guerre civile est possible au Venezuela.

Le président vénézuélien, Nicolás Maduro, a déclaré qu’il ne pouvait pas exclure la possibilité d’une guerre civile alors qu’il fait face à une pression de plus en plus persistante. Dans une interview télévisée, il a averti que le président américain Donald Trump quitterait la Maison Blanche tâché de sang s’il intervenait dans la crise.

Il a également rejeté avec défi le délai fixé par l’UE pour la convocation d’élections anticipées. Le chef de l’opposition, Juan Guaido, s’est déclaré président par intérim le mois dernier et a obtenu le soutien des États-Unis.

Qu’est-ce que Maduro a dit ?

Dans l’interview accordée à l’émission de télévision espagnole Salvados, diffusée dimanche, il a été demandé à M. Maduro si la crise au Venezuela pouvait entraîner une guerre civile. Il a répondu qu’aujourd’hui personne ne peut répondre à cette question avec certitude. Tout dépend du niveau de folie et d’agressivité de l’empire du nord et de ses alliés occidentaux, a indiqué le président vénézuélien.

Voici les avertissements de Maduro en anglais :

Le président Trump a déclaré que le recours à la force militaire restait une option. Mais M. Maduro a averti le dirigeant américain qu’il risquait de répéter la guerre au Vietnam, dans laquelle les Américains étaient impliqués de 1965 à 1973, s’il intervenait.

Quelle est la situation au Venezuela ?

Des milliers de personnes sont descendues dans les rues de la capitale Caracas samedi pour manifester leur soutien au président Maduro ou à M. Guaido. M. Maduro a conservé le soutien de l’armée, mais avant les manifestations, M. Guaido a reçu un nouvel élan lorsqu’un général de l’armée de l’air, Francisco Yanez, est devenu le plus haut responsable militaire à avoir promis de l’aider.

Juan Guaido a déclaré qu’il avait eu des entretiens privés avec l’armée pour obtenir un soutien en vue de l’éviction de Maduro. Il a dit qu’il s’est également rendu en Chine, l’un des plus importants bailleurs de fonds de M. Maduro.

Source :

BBC