Accueil La Newsly Room Géopolitique Macron promet une hausse du salaire minimum après les manifestations des gilets...

Macron promet une hausse du salaire minimum après les manifestations des gilets jaunes

174
PARTAGER
Source : Pixabay. Les déclarations d'Emmanuel Macron après les manifestations des gilets jaunes.

Le président Emmanuel Macron a déclaré lundi que le salaire minimum sera augmenté et que de nouvelles taxes sur les pensions seraient mises au rebut. Dans un discours télévisé à la nation, Macron a indiqué que les manifestations violentes qui se sont passées dans le pays pour protester la hausse de la taxe sur les carburants, ont été inacceptables.

Mais il a proposé plusieurs réformes sociales, notamment une augmentation du salaire minimum de 100 euros par mois à compter de janvier 2019. Les réformes devraient coûter au gouvernement entre 8,1 et 10,1 milliards d’euros. Cependant, Macron est également resté sur ses positions concernant l’impôt sur la fortune.

Le nombre de manifestants diminue

Les manifestations de ce week-end ont été moins importantes que celles des semaines précédentes. Mais elles ont également vu plus de personnes arrêtées que dans les trois week-ends précédents combinés, selon le ministère de l’Intérieur.

Voici le résumé du discours du président français :

Globalement, les manifestations du week-end, qui ont touché les villes de Marseille et de Toulouse, dans le sud de la France, ont attiré 136 000 personnes. Les manifestations ont paralysé Paris. Des monuments tels que la Tour Eiffel ont été fermés au public et certaines stations de métro inaccessibles.

Une catastrophe pour l’économie française

Selon Sophie Amoros, une porte-parole de la fédération française du commerce de détail, le secteur de la vente au détail dans l’Hexagone a enregistré une perte de recettes de près de 1,1 milliard d’euros depuis le début des manifestations des gilets jaunes.

Dimanche, le ministre des Finances, Bruno Le Maire, est allé jusqu’à dire que les troubles ont provoqué une catastrophe pour l’économie française. En réponse, Macron a été contrait de supprimer la hausse de taxe, qui devait entrer en vigueur le 1er janvier 2019. Malgré la concession de Macron, le mouvement s’est depuis étendu à une prestation de toutes les couleurs, avec des manifestants contre les conditions de logement aux étudiants insatisfaits des réformes de l’éducation et des militantes anti-immigrations.

Source :

Edition CNN