Accueil La Newsly Room Elle tue son époux et accuse un cambrioleur

Elle tue son époux et accuse un cambrioleur

35
PARTAGER
Pixabay - MIH83

Le drame s’est déroulé près de Rennes cette semaine. Une femme très en colère contre son époux l’a assassiné de plusieurs coups de couteau. Elle a expliqué qu’il y avait eu un cambriolage et que son mari avait été tué par les voleurs. Mais sa thèse ne tenait pas la route !

Un meurtre de sang-froid

La femme d’origine brésilienne est âgée de 42 ans et vient d’être placée en détention provisoire. Le meurtre a eu lieu chez elle, dans la maison qu’elle partageait avec son époux à Noyal-Châtillon-sur-Seiche, au sud de Rennes. Le couple était en instance de divorce et, visiblement, la cohabitation se passait très mal. À tel point qu’elle a fini par prendre une terrible décision.

Dans la soirée du mercredi au jeudi, la femme a décidé de tuer son époux suite à une énième altercation. Ne voulant pas finir en prison, elle a expliqué aux enquêteurs que deux individus s’étaient introduits chez eux dans la nuit et que son époux s’était interposé. Il aurait alors été poignardé et tué. Mais sa version des faits comportait beaucoup d’incohérences.

Pixabay – Ichigo121212 / La femme a été incarcérée pour meurtre.

Un aveu difficile

Les propos très confus de la femme le soir du drame ont conduit les enquêteurs à se poser des questions sur les circonstances du drame. Finalement, dès le lendemain matin elle a avoué son crime et a expliqué avoir décidé de tuer son mari. Elle l’a poignardé à plusieurs reprises alors que leur fils âgé de 8 ans dormait à l’étage.

L’homme qui avait 53 ans est décédé des suites de ses blessures. La femme a fini par appeler les secours plusieurs heures après le meurtre sur les conseils de son fils aîné, né d’une précédente union. Malheureusement, il était déjà trop tard.

La femme est actuellement incarcérée dans la prison pour femmes près de Rennes et sera jugée pour meurtre. L’information judiciaire se poursuit pour déterminer les circonstances exactes des faits et la personnalité de la prévenue.

Source :

20 Minutes