Accueil La Newsly Room Cet enfant de 4 ans et demi s’est étouffé avec une tomate...

Cet enfant de 4 ans et demi s’est étouffé avec une tomate cerise

519
PARTAGER
Pixabay -PublicDomainPictures

Le petit Antoine âgé de seulement 4 ans et demi ne faisait que manger des tomates cerises. Personne ne pensait que cet aliment pouvait lui être fatal. Le garçonnet a été sauvé in extremis alors qu’il était en train de s’étouffer sous les yeux effarés de sa grand-mère.

Un enfant sauvé

On n’y pense pas en donnant à manger à son enfant une tomate cerise. Et pourtant, cet aliment peut être très dangereux. Le petit Antoine âgé de 4 ans et demi en a fait les frais. Il vit à Lalbenque et était avec sa grand-mère ce mardi 28 août. L’enfant s’est étouffé avec une tomate cerise, et n’arrivait plus à respirer.

La grand-mère présente sur les lieux a immédiatement eu le bon réflexe. En effet, elle a organisé une chaîne de secours très rapidement en alertant notamment le voisinage. Les secours ont été alertés et en 10 minutes l’enfant était pris en charge. L’un des voisins, pompier volontaire, lui a sans doute sauvé la vie.

Pixabay – biotechnose / L’enfant a été transporté à l’hôpital, mais ses jours ne sont pas en danger.

Un accident fréquent

Malheureusement, ces accidents surviennent fréquemment, comme l’a rappelé le SDIS du Lot : « Il s’agissait d’une obstruction des voies aériennes du garçonnet. Un accident bête qui arrive souvent, hélas. Lorsque cette obstruction est totale, l’air ne parvient plus aux poumons et le décès survient en quelques minutes si aucun geste salvateur n’est réalisé rapidement. »

L’enfant a été transporté au centre hospitalier de Cahors, mais ses jours ne sont pas en danger. Il a d’ailleurs pu regagner son domicile. Le petit Antoine a eu beaucoup de chance d’avoir dans son entourage un pompier volontaire formé aux gestes de premiers secours.

Ce drame évité de justesse rappelle à quel point il est important d’être formé aux gestes de premiers secours, car ils permettent dans ce genre de situation de sauver une vie.

Source :

La Dépêche