Accueil La Newsly Room Cette mère lâche son bébé de 10 mois du 7e étage

Cette mère lâche son bébé de 10 mois du 7e étage

548
PARTAGER
Pixabay - Free-Photos

Le procès de Myriam D. âgée de 34 ans débute devant la cour d’assises de Paris. Elle est jugée pour le meurtre de son fils Raphaël âgé de 10 mois et demi au moment des faits. Elle l’a lâché du 7e étage pour éviter que son père n’en ait la garde.

Un accident « d’ordre émotionnel »

Les faits se sont déroulés en 2015 juste avant que le père de l’enfant ne vienne le chercher. Myriam D. a raconté avoir ouvert les bras et laisser partir son petit garçon. Voici ce qu’elle a déclaré aux experts après le décès de son fils : « J’ai vu le vide. Je ne voulais pas qu’on me l’enlève. J’aimais mon fils, c’est très important. Je ne souhaitais pas lui faire du mal. »

Le petit garçon est décédé le 29 août 2015 après une chute du 7e étage. C’est sa maman qui l’a lâché par-dessus la rambarde pour que son père ne vienne pas le récupérer. Les juges de la cour d’assises vont tenter de comprendre l’incompréhensible geste de cette mère qui continue à affirmer qu’elle aimait son enfant plus que tout au monde…

Pixabay – Activedia / La mère de l’enfant risque la prison à perpétuité.

Un geste impardonnable

Myriam D. est accusée d’homicide volontaire sur mineur de 15 ans. Elle affirme ne pas avoir voulu tuer son fils, et les experts psychiatriques semblent penser qu’elle souhaitait se suicider juste après avoir lâché son bébé. Pour le père de Raphaël, Guillaume Flahaut, l’affaire est extrêmement douloureuse : « Les plaies sont à vif… Tout revient… Je veux que justice soit faite pour mon fils. »

Trois jours avant le drame, Guillaume Flahaut avait expliqué à Myriam D. qu’il souhaitait obtenir la garde du bébé. Le jour du drame, il attendait Raphaël dans un café près de l’immeuble : « J’ai couru jusqu’à l’immeuble… Il y avait des flics, des pompiers partout… J’ai tout de suite pensé : Non, mon fils n’est pas tombé par accident. Elle s’est dit : c’est mon jouet. Tu ne l’auras pas. Je préfère le jeter… Elle savait qu’il était la prunelle de mes yeux… »

Myriam D. risque la perpétuité, le verdict sera prononcé ce vendredi. Quelle affaire sordide…

Source :

Le Parisien