Accueil La Newsly Room Des pilleurs d’églises arrêtés en Île-de-France

Des pilleurs d’églises arrêtés en Île-de-France

41
PARTAGER
Voûte de l'église Notre-Dame d'Auteuil dans le 16e arrondissement à Paris. Crédits photo : Guilhem Vellut, 25 février 2017, Wikimedia Commons, CCA 2.0 G

Qui ne connaît le film Un drôle de paroissien, sorti en noir et blanc en 1963 et mettant en scène Bourvil et Francis Blanche, entre autres ? Ce chef-d’œuvre comique de Jean-Pierre Mocky évoquait, avec des musiques amusantes, le pillage des troncs des églises parisiennes par un pieux bourgeois désargenté. Après avoir fait fructifier l’argent prélevé de la sorte (en achetant des actions Saint-Gobain, Saint-Louis, Saint-Marc, etc., bien sûr), il restitue tout ce qu’il avait « emprunté » en évitant de se faire arrêter par une tonitruante brigade de surveillance des églises… Dans l’actualité qui nous intéresse aujourd’hui, les choses sont quelque peu différentes : les voleurs n’étaient pas spécialement pieux et ne restituaient par leurs prises…

Un duo de pilleurs d’églises

La police parisienne a mis la main sur deux Roumains de 41 et 29 ans le mercredi 22 août 2018. Ceux-si sont tout bonnement accusés d’avoir pillé des églises de la ville lumière mais aussi de banlieue, d’après les informations divulguées par le journal Le Point à la suite de l’arrestation. Si les cambriolages sont très courants en France, ce n’est pas tous les jours qu’ils prennent spécialement pour cibles des édifices religieux.

Pour retrouver le sourire, voici la bande annonce d’Un drôle de paroissien :

Les deux suspects ont été interpellés au sein d’un centre de recyclage de déchets métalliques auquel ils essayaient de revendre différents câbles. Pour l’instant, ce sont six cambriolages qui leur sont imputés, concernant principalement des églises pas assez sécurisées. Les faits sont intervenus entre les mois d’avril et d’août, sachant que de nouveaux griefs pourraient être ajoutés à leur inculpation.

Des vols d’une valeur de 70 000 €

En moyenne, le duo de pilleurs aura amassé pour chaque cambriolage un bénéfice de plus de 10 000 €, l’ensemble de leurs prises étant évalué à près de 70 000 €, ce qui constitue une coquette somme. Les vols dans les églises sont déjà assez nombreux en province, mais ils risquent de se généraliser aussi en Île-de-France en dépit d’une surveillance accrue. Parmi les édifices pillés par les deux Roumains, il y a l’église Notre-Dame d’Auteuil, en plein quartier chic. L’un d’eux y était probablement entré à l’aide d’un tournevis et d’un tournevis, tandis que son compère faisait le guet et l’attendait avec un véhicule. C’est ce dernier qui a permis aux enquêteurs de relier différents vols entre eux.

À l’opposé, voici un pilleur de troncs de fiction ayant du chic :

Dans la plupart des six cambriolages constatés, le duo aurait agi de la même façon que Bourvil dans son film dès lors qu’il été poursuivi par la police : se faire enfermer dans les édifices pour y passer la nuit et prendre discrètement tout ce qui a de la valeur. Maintenant, ce n’est plus dans des églises que devraient se retrouver enfermés ces voleurs… mais en prison !

Source :

Le Point