Accueil La Newsly Room Russie : elle force sa fille à s’affamer et cause sa mort

Russie : elle force sa fille à s’affamer et cause sa mort

562
PARTAGER
Source : FranckinJapan - Pixabay

En Russie, une jeune adolescente de 14 ans nommée Viktoria a trouvé la mort à cause d’un état de dénutrition avancé. Sa mère est actuellement accusée d’infanticide. En effet, elle serait à l’origine de ce décès.

Elle mentait à sa fille pour l’empêcher de manger

Oksana Demiyanova, mère de famille de 37 ans, a fait croire à sa jeune fille de 14 ans qu’elle était atteinte d’un cancer et qu’elle souffrait également de diabète. Elle a persuadé sa fille qu’il n’y avait qu’un seul remède pour s’en sortir : celui de ne plus s’alimenter.

Source : Counselling – Pixabay

Interrogées par la police, ses amies ont déclaré qu’elles avaient été très inquiètes pour leur amie. Cette dernière n’avait plus que la peau sur les os et semblait anorexique. Viktoria avait expliqué la version que lui avait donnée sa mère pour justifier son absence de repas quotidiens. Des professeurs ont rencontré la mère de famille pour échanger au sujet de l’adolescente et Oksana expliquait que manger une à deux fois par semaine était amplement suffisant.

Oksana Demiyanova risque 20 ans de prison

La mère de famille avait entendu une réflexion sur le poids de sa fille à l’école. C’est cette dernière qui lui aurait donné l’idée de convaincre sa fille qu’elle était malade et qu’elle ne devait plus s’alimenter.

Interrogée par les forces de l’ordre, Oksana Demiyanova a expliqué que, si au début elle était bien à l’origine de la perte de poids de sa fille, elle n’aurait pas réussi à convaincre cette dernière de s’alimenter à nouveau. Selon la mère, Viktoria était tellement persuadée et apeurée par sa maladie imaginaire qu’elle refusait de manger, même quand Oksana lui en donnait l’autorisation et insistait.

Source : cocoparisienne – Pixabay

Viktoria ne pesait plus que 30 kilos au moment de sa mort. Les autorités ont refusé les explications d’Oksana. Pour elles, cette affaire est un lourd cas de négligence, ayant mené à un « meurtre cruel ». Elle risque actuellement 20 ans de prison.

Source :

Sud Ouest