Accueil La Newsly Room Deux frères s’échappent de prison en passant par les toits

Deux frères s’échappent de prison en passant par les toits

156
PARTAGER
Source : Pavlofox - Pixabay

L’évasion s’est déroulée dans le Haut-Rhin, au sein de la prison de Colmar. Deux frères, condamnés pour des faits de vol et originaires des pays de l’Est, ont réussi à s’enfuir. Leur absence a été constatée à 6 h 30. Il y a peu de temps, c’est le braqueur Rédoine Faïd qui s’était évadé de manière spectaculaire de sa prison.

Un trou dans le plafond pour s’échapper

Les deux frères ont trouvé le moyen de creuser un trou dans le plafond de leur cellule pour accéder aux toits et s’échapper par ce biais. Les deux frères étaient condamnés à plus de cinq ans de prison pour plusieurs affaires de vol en réunion. Un dispositif de recherche a été rapidement mis en place, tandis que le parquet a été saisi dès la constatation de l’évasion. Pour l’instant, les deux frères, âgés d’une trentaine d’années, sont introuvables.

Source : AlexVan – Pixabay

Ce n’est pas la première fois que la prison de Colmar doit faire face à des évasions. En effet, en 2013, trois individus s’étaient échappés de la même manière, en perçant un trou dans le plafond et en s’échappant par les toits.

Une prison pointée du doigt depuis longtemps

La prison de Colmar accueille actuellement 166 détenus pour 120 places. Les plafonds sont fragiles et peuvent être détruits. Le personnel a déjà essayé de les « renforcer » notamment avec de la rustine, mais cela n’a pas été suffisant. Fadila Doukhi, déléguée régionale pénitentiaire, explique que ces problèmes ont déjà été soulevés de nombreuses fois, mais que rien n’a jamais été fait. Par ailleurs, au vu du nombre de places disponibles, la prison connaît également une problématique de surpopulation.

Source : diegoattorney – Pixabay

La fermeture de la prison de Colmar est prévue pour que des travaux puissent y être réalisés. Ces derniers devraient commencer en septembre et durer jusqu’en 2021. Les détenus seront répartis dans d’autres centres pénitentiaires.

Source :

Le Parisien