Accueil La Newsly Room Une étude provoque la mort de 19 bébés

Une étude provoque la mort de 19 bébés

417
PARTAGER
Source : PublicDomainPictures - Pixabay

Une étude avait été lancée par des chercheurs pour savoir si le viagra pouvait favoriser un meilleur afflux sanguin dans le placenta, pour stimuler la croissance des fœtus qui avaient des troubles du développement.

Des résultats dramatiques inattendus

Cette étude clinique, menée aux Pays-Bas, a finalement tué 19 enfants. Les mères s’étaient vu prescrire du viagra, en espérant que cela booste l’afflux sanguin pour les futurs bébés au développement retardé. Pour rappel, le viagra est surtout utilisé pour les problèmes d’érection et agit directement sur l’afflux sanguin.

Source : hhach – Pixabay

L’étude était menée sur des fœtus ayant, de base, de faibles chances de survie lors de l’accouchement. Aucun traitement n’était disponible pour aider ces bébés, d’où la mise en place de l’étude. Cette dernière a cependant été stoppée récemment, alors qu’elle était menée dans dix hôpitaux du pays. En tout 93 femmes consommaient du viagra et 90 autres prenaient un placebo. L’étude avait été lancée en 2015.

Des résultats qui interrogent

Aucune des femmes n’a eu d’effet secondaire après la prise du traitement à base de viagra. Cependant, 19 enfants sont morts. 11 d’entre eux sont décédés en raison d’une hypertension pulmonaire pouvant être liée au viagra. Six autres nourrissons ont développé des problèmes pulmonaires, mais ont survécu à la naissance.

Dans le groupe de femmes consommant des placébos, 9 bébés sont morts sans complication pulmonaire notable. Trois autres bébés (avec complications) ont survécu. Actuellement, une dizaine de femmes attend dans l’angoisse la fin de la grossesse, après que le traitement eut été stoppé.

Source : NicciDoula – Pixabay

Le gynécologue Wessel Ganzevoort s’est dit profondément choqué des résultats de l’enquête, arguant que la dernière chose souhaitée par les chercheurs était de causer du tort aux mamans et enfants. De ce que l’on sait, les résultats de l’enquête ont été transmis à des chercheurs canadiens, qui travaillent actuellement sur des expériences similaires.