Accueil La Newsly Room Après le décès de sa patiente, le chirurgien Denis Furtado toujours en...

Après le décès de sa patiente, le chirurgien Denis Furtado toujours en fuite

704
PARTAGER
Source : sasint - Pixabay

Une semaine après une opération de chirurgie plastique clandestine, une patiente du docteur Denis Furtado a fait un malaise. À l’hôpital, elle aura eu quatre arrêts cardiaques, le dernier ayant eu raison d’elle : cette dernière est malheureusement décédée. Après ce tragique accident, le chirurgien a pris la fuite. Il est recherché depuis le 17 juillet par la police brésilienne.

Un médecin « spécialisé » dans l’augmentation des fesses

Denis Furtado se fait appeler « docteur Popotin » (ou « Dr Bumbum » en anglais) et il est suivi par plus de 650 000 personnes sur Instagram. Il publie régulièrement des photos avant/après de ses opérations et ces dernières sont très appréciées, malgré la controverse liée à sa pratique.

Source : sasint – Pixabay

Cela n’a pas empêché Lilian Quezia Calixto, une employée de banque, d’avoir recours à ses services et de parcourir près de 2 000 km pour se faire opérer. Cette dernière a ainsi été reçue par Denis Furtado et opérée dans son appartement de Barra da Tijuca, un quartier très aisé de Rio. Près d’une semaine après cette opération, Lilian Quezia Calixto a fait un malaise et a été hospitalisée. Après quatre arrêts cardiaques, elle est décédée. Denis Furtado, lui, est toujours recherché pour homicide et association de malfaiteurs.

Un médecin aux méthodes controversées, à la frontière de la légalité

Pour augmenter le volume des fesses de ses patientes, le docteur leur injectait du polyméthacrylate de méthyle (PPMA). Cette pratique est largement controversée et connue pour entraîner de lourds risques sur la santé des patients.

Source : PhotoLizM – Pixabay

La Société brésilienne de chirurgie plastique (SBCP) a dénoncé la prolifération de faux spécialistes opérant des gens dans des conditions non stériles et dangereuses. Certains de ces « chirurgiens » ne sont même pas médecins, mais ils surfent sur la demande en chirurgie plastique de plus en plus importante. Selon la SBCP, ce genre d’opération très populaire au Brésil a déjà causé la mort de dizaines de femmes.

Source :

Ouest France