Accueil La Newsly Room Mort de deux petites filles dans une caserne, leur mère en garde...

Mort de deux petites filles dans une caserne, leur mère en garde à vue

619
PARTAGER
Source : StockSnap - Pixabay

Dimanche soir, les corps inanimés de deux petites filles de 3 et 5 ans ont été retrouvés au sein de la caserne de gendarmerie dans laquelle elles vivaient. On ne sait actuellement pas de quoi elles sont décédées, mais leur mère a été placée en garde à vue.

Des soupçons portés sur la mère

L’autopsie menée sur les corps des fillettes n’a pas permis de lever le voile sur les circonstances des décès. Cependant, l’enquête porte tout de même sur un assassinat et les soupçons visent Djamila E., la mère des victimes. Elle est la compagne de Romain B., gendarme et père des petites filles.

Source : AdinaVoicu – Pixabay

Les corps des fillettes ont été découverts par leur mère dans un des appartements de fonction dans lesquels logent les familles des gendarmes. Selon elle, les petites revenaient d’une balade avec la sœur de monsieur et étaient parties se reposer. En allant voir comment se portaient ses filles, Djamila E. les découvrit inanimées dans leur lit.

Une réanimation tentée, en vain

La mère de famille a contacté les pompiers qui ont tenté de réanimer les deux fillettes, en vain. Il n’y a pas de traces de coups, ni de strangulation. En revanche, les secours ont remarqué une très forte odeur de white spirit en rentrant dans l’appartement. Ils ont également vu que du sang s’écoulait des voies respiratoires des petites filles.

Contacté par les secours, le père est rentré en urgence. Spontanément, il a accusé sa compagne d’avoir empoisonné leurs filles. Aucune preuve ne permet actuellement de confirmer cette hypothèse. Tout ce que l’on sait, c’est que – selon des témoins – le couple était en crise. Apparemment, Djamila n’acceptait pas la possibilité d’une séparation.

Source : rawlaborer – Pixabay

En état de choc, la mère a été placée en unité psychiatrique. Un système de garde à vue en hôpital a été mis en place. Il est possible que Djamila E. s’en soit volontairement prise à ses filles pour se venger de leur père. La piste de l’assassinat est privilégiée. Romain B., lui, a été mis hors de cause, n’étant pas présent dans la caserne au moment des faits.

Source :

Le Parisien