Accueil La Newsly Room Grenoble : un étudiant de 19 ans jugé pour le meurtre de...

Grenoble : un étudiant de 19 ans jugé pour le meurtre de son ex de 17 ans

282
PARTAGER
Source : Daniel_B_photos - Pixabay

Alors que récemment on apprenait que le jeune Kevin avait été victime d’un piège sentimental potentiellement fomenté entre sa petite amie et un garçon amoureux d’elle, une histoire similaire sera jugée à partir d’aujourd’hui. Commence ainsi le procès de Simon Thirel, un jeune homme de 19 ans, arrêté en 2015 après avoir étranglé et poignardé son ex-petite amie.

Il ne supportait pas la rupture…

Les faits se sont déroulés en octobre 2015. La petite amie de Simon Thirel avait rompu, peu de temps après avoir avorté. Il la harcelait depuis la rupture, si bien qu’un jour il a décidé de s’introduire dans la maison de la famille de sa petite amie.

Source : pixel2013 – Pixabay

La fenêtre du salon étant ouverte, il est entré sans avoir été invité. Ensuite, il est monté dans la chambre de son ex-petite amie. Surprise de le voir, elle s’est d’abord énervée et l’aurait giflé. C’est à partir de ce moment-là que Simon Thirel aurait perdu le contrôle, étranglant la victime jusqu’à l’étouffement et l’achevant de cinq coups de couteau. Elle est décédée à l’hôpital.

Alertée par les bruits de lutte, la mère de l’ex-petite amie est montée dans la chambre et a découvert la scène dramatique. Elle se serait battue avec l’assassin. Ce dernier aurait ensuite pris la fuite et alerté les secours. Au final, il a été arrêté une heure après par les forces de l’ordre et n’a pas résisté.

Une situation de harcèlement inquiétante ?

Simon Thirel a été décrit par ses camarades comme étant quelqu’un de « calme et ouvert ». Le psychiatre, lui, l’a également décrit comme étant dans un état de dépression permanente. Il semble également être quelqu’un de très jaloux.

Source : OpenRoadPR – Pixabay

Simon Thirel n’avait pas supporté la rupture. Il harcelait son ex sur les réseaux sociaux, si bien que la jeune fille l’avait bloqué sur tous. Malgré tout, il espérait toujours renouer le contact avec elle. Pour se venger, Simon Thirel avait répandu des rumeurs comme quoi la jeune fille lui aurait transmis des maladies sexuellement transmissibles. Pour la faire revenir, il l’avait également menacée de révéler des détails intimes de leur relation.

Le verdict est attendu ce mercredi. Simon Thirel risque la réclusion criminelle à perpétuité. Cependant, l’expert psychiatre met en avant la fragilité du jeune homme, considéré comme incapable d’adopter une bonne distance dans ses relations humaines, étant soit dans la fusion, soit dans le rejet. Il a également tenté de se suicider quelques années auparavant et avait été hospitalisé en psychiatrie.

Source :

Le Figaro