Accueil La Newsly Room Meurtre de Kevin : le scénario du piège amoureux

Meurtre de Kevin : le scénario du piège amoureux

464
PARTAGER
Source : Hans - Pixabay

Hier, nous vous indiquions qu’un suspect avait été placé en garde à vue suite à l’enquête concernant le meurtre de Kevin Chavatte, 17 ans. Sa petite amie avait également été arrêtée suite à des déclarations peu concordantes. Selon les derniers éléments de l’enquête, Kevin a été attiré dans un traquenard amoureux.

Un meurtre avec préméditation

Alexandra*, petite amie de Kevin, avait invité ce dernier pour une balade au parc le « Bois aux Sœurs » à Mourmelon. C’est un endroit où les jeunes se retrouvent souvent pour flirter et traîner. Maxime*, un autre adolescent de 17 ans également (comme Alexandra), les attendait avec un couteau de combat de l’armée américaine datant de la Seconde Guerre mondiale, que sa famille lui avait offert.

Source : maxknoxvill – Pixabay

Kevin a été frappé d’une vingtaine de coups de couteau avant que son assaillant ne prenne la fuite. Il aurait essayé de se défendre, en vain. En retrouvant Maxime, les enquêteurs ont mis la main sur l’arme du crime et ont trouvé le sang de Kevin sur cette dernière et sur ses vêtements.

Alexandra, manipulée par Maxime ?

Maxime était l’ex-petit ami d’Alexandra. Il ne supportait pas que cette dernière ne soit plus avec lui et qu’elle sorte avec quelqu’un d’autre. Il souhaitait la reconquérir. Kevin était très apprécié de ses camarades féminines, étant connu comme un jeune homme sérieux et romantique.

Maxime était un passionné d’art et d’histoire de la guerre. Il participait à des reconstitutions historiques, collectionnait les réplique d’armes, projetait de s’engager dans l’armée et portait un treillis au quotidien. Avant le meurtre, il s’était renseigné sur la manière de tuer quelqu’un au couteau, ainsi que sur la manière dont la police établit un portrait-robot. Sur son Instagram, on pouvait lire la devise suivante : « Faites la guerre, pas l’amour ». Après le meurtre, Alexandra a orienté les forces de l’ordre sur une mauvaise piste, en falsifiant le portrait-robot.

Selon les camarades de classe du trio, Alexandra était manipulée par Maxime et était devenue « sa chose ». Elle a été décrite par les autorités comme « un peu instable » mais « sans méchanceté ». Durant son audition, elle a fait un malaise et a rejeté toute accusation de complot meurtrier.

Source : Free-Photos – Pixabay

Alexandra et Maxime ont été mis en examen pour meurtre avec préméditation. C’est une circonstance aggravante.

* Les prénoms ont été modifiés.

Source :

Le Parisien