Accueil La Newsly Room Un violeur en série condamné à dix-huit ans de réclusion

Un violeur en série condamné à dix-huit ans de réclusion

253
PARTAGER
Source : succo - Pixabay

L’homme rencontrait les victimes sur internet. En plus des dix-huit ans de réclusion, le violeur a été condamné à un suivi judiciaire de dix ans (qui conjugue l’obligation de travailler ou de se former, de réparer un tant soit peu les dommages causés aux victimes et l’interdiction d’approcher ces dernières). Une injonction de soins a également été prononcée.

Source : Pavlofox – Pixabay

À la base, il avait été condamné à 13 ans de réclusion criminelle pour les viols et agressions des onze femmes qu’il avait rencontrées sur internet. Cependant, sa peine a été revue à la hausse, après le jugement en appel de ce jeudi 31 mai.

Reconnu coupable de neuf viols

Willy Désir est un homme de 35 ans qui rencontrait ses victimes sur internet. Il aurait ainsi violé neuf femmes, dont deux femmes enceintes. L’une d’entre elles était une ex-compagne.

Il a également été reconnu coupable d’une tentative de viol et d’une agression sexuelle. Ces faits ont été commis avec une circonstance aggravante qui est celle des rencontres sur internet. Cette circonstance a été ajoutée suite à la loi du 17 mai 2011.

Selon une étude menée en 2013 sur le nombre de viols commis à Paris, les « date rapes » ne sont pas nouveaux (ou viols commis lors d’un rendez-vous fixé grâce à internet) et représentaient (à l’époque) 6,6 % du nombre total d’agressions.

Il avait déjà passé quatre ans en détention provisoire pour des faits similaires

Willy Désir avait déjà passé quatre ans en détention provisoire pour des faits de viols et d’agressions sexuelles. Il avait d’ailleurs été inscrit au Fichier automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes de la police.

Source : FrankMagdelyns1 – Pixabay

S’il ne respecte pas son suivi judiciaire et son injonction de soins, il risque cinq ans d’emprisonnement supplémentaires. La peine demandée était plus importante, à la base. Selon l’avocat général, la « multiplicité des faits » pourrait témoigner d’un grand risque de récidive à sa sortie de prison.

Source :

LCI, BFMTV