Accueil La Newsly Room Séquestrée et battue par son compagnon, elle s’échappe grâce au vétérinaire

Séquestrée et battue par son compagnon, elle s’échappe grâce au vétérinaire

831
PARTAGER
Source : StockSnap - Pixabay

En Amérique, une femme vivait sous la menace constante de son compagnon. Ce dernier ne la laissait pas sortir et la battait régulièrement, la menaçant d’une arme de poing. Cependant, la jeune femme a eu encore assez de ressources pour faire passer un message au vétérinaire de son chien. Une histoire qui se finit bien.

Elle a réussi à convaincre son compagnon que son chien était malade

Alors qu’elle était battue, séquestrée et humiliée par son compagnon, une Américaine a trouvé un moyen ingénieux de prévenir quelqu’un.

Source : Counselling – Pixabay

En effet, le couple avait un chien. La jeune femme a réussi à convaincre son compagnon violent que leur animal était malade et qu’il fallait l’emmener rapidement chez le vétérinaire. L’homme y a cru et l’a amené à la clinique locale. Cependant, avant son départ, la victime de violences conjugales avait eu le temps d’écrire un petit mot rapide sur un bout de papier et de le cacher sur le chien.

Le vétérinaire a eu le réflexe d’appeler la police

En examinant le chien, le vétérinaire a effectivement trouvé le petit mot écrit de la main de la victime. Ce dernier disait : « Appelez la police. Mon petit ami me menace. Il a un pistolet. S’il vous plaît, ne lui dites rien » (une photo du papier est disponible sur l’article du Dauphiné).

Source : 12019 – Pixabay

Le professionnel s’est alors éloigné et en a profité pour prévenir la police. Il a ensuite fait patienter l’homme en attendant les forces de l’ordre. Ainsi, le compagnon violent a été rapidement arrêté et placé en détention. Son procès devrait avoir lieu dans les semaines à venir. Il sera jugé pour violences domestiques, menaces avec arme et séquestration.

La victime devrait être entendue pendant le déroulement de l’enquête. Grâce à son ingéniosité et au réflexe du vétérinaire, elle a pu s’en sortir indemne.

Source :

Le Dauphiné