Accueil La Newsly Room Agressions sexuelles : 70 % de Français favorables à la castration chimique

Agressions sexuelles : 70 % de Français favorables à la castration chimique

417
PARTAGER
Source : WilliamCho - Pixabay

L’actualité est fréquemment marquée par des faits de harcèlement sexuel et des agressions sexuelles caractérisées. Certains viols sont perpétrés par des récidivistes, le tout pouvant finir par l’assassinat de la victime. En outre, la réalité de la pédophilie rend les parents d’autant plus soucieux pour la sécurité de leur progéniture. Les récentes affaires Maëlys (9 ans) et Angélique (13 ans) ont relancé le débat sur la répression des crimes sexuels et, notamment, de leur récidive. La question de la castration chimique imposée par la justice est revenue sur le devant de la scène, certains leaders politiques comme Laurent Wauquiez la préconisant.

Une demande de mesures plus fortes

Le groupe France Télévisions a récemment commandé un sondage IPSOS au sujet de la répression des crimes sexuels et de leurs récidives. Ses résultats ont été abondamment relayés par la presse française en fin de semaine, et notamment par BFM TV.

Le constat est clair : plus de 9 Français sur 10 jugent le suivi des délinquants sexuels en France déficient (43 %) voire totalement obsolète (49 %). Ils sont aussi très majoritaires à trouver un tel suivi en soi et a priori arbitraire ou trop subjectif. Comment estimer le risque de récidives ? Il est évident que l’erreur ne saurait être totalement écartée dans ce cadre humain, trop humain. Dans tous les cas, le sujet du suivi des récidivistes est discuté depuis plusieurs années déjà :

Les personnes sondées, qui seraient plus d’un millier, sont ainsi 86 % à appeler de leurs vœux un renforcement des mesures pesant contre les délinquants sexuels afin d’empêcher les récidives.

7 Français sur 10 pour la castration

Les citoyens français souhaiteraient pour les criminels sexuels un meilleur suivi psycho-social, mais aussi davantage de surveillance. Celle-ci peut passer par le port du bracelet électronique ou le pointage à un commissariat.

Du côté pénal, 8 Français sur 10 se disent favorables à des sentences d’emprisonnement plus sévères, c’est-à-dire plus longues, de la part des juges. Surtout, ils sont 70 % à être totalement d’accord (contre 17 % de sondés estimant la mesure efficace sans y être favorables, et 13 % s’en défiant) avec la proposition début mai de Laurent Wauquiez, président du parti Les Républicains, d’imposer la castration chimique aux violeurs. C’est chez les sympathisants du Front national, de La France insoumise et de Les Républicains que les Français seraient les plus nombreux à penser cela. Une vidéo du Parisien présente techniquement la castration chimique :

Enfin, trois quarts des individus sondés trouveraient normal que n’importe qui puisse consulter le FIJAISV – ou Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes.

Source :

L'Express