Accueil La Newsly Room Lynchage à Pau : l’homme est décédé des suites de ses blessures

Lynchage à Pau : l’homme est décédé des suites de ses blessures

354
PARTAGER
Source : timokefoto - Pixabay

Deux mineurs de 16 et 17 ans ont été mis en examen pour « homicide volontaire ». Avec un troisième comparse, ils avaient tabassé un homme d’origine burkinabè dans un quartier populaire de Pau. Ils ont tous les deux été placés en détention provisoire après avoir été écroués.

Source : 3839153 – Pixabay

L’homme était connu des services de police pour « vol aggravé » et « détention de produits stupéfiants ». Cependant, il semblerait que les faits pour lesquels il était connu n’avaient rien à voir avec cette agression mortelle. Il travaillait dans un cinéma et était sous contrôle judiciaire depuis 2016.

Une première bagarre la veille du drame

L’altercation a eu lieu le 19 mai, aux alentours de 19 h. La victime avait l’habitude de sortir pour jouer au foot avec les jeunes du quartier. La veille, l’homme avait eu des échanges musclés avec ses agresseurs, pour des motifs encore flous.

Le défunt aurait été propulsé contre un mur en pierre. Le coup à la tête l’aurait fait tomber inconscient, tandis que les jeunes auraient continué de le frapper de nombreuses fois au sol avant de s’enfuir. Des témoins ont alerté les forces de l’ordre et les secours, mais ces derniers n’ont pas réussi à ranimer la victime.

Une arrestation rapide grâce aux témoignages

Il y avait de nombreux témoins lors de l’altercation si bien que les forces de l’ordre ont rapidement pu identifier trois jeunes du quartier et les arrêter dans la foulée. L’un des trois disposait d’un alibi et a donc été relâché. Les deux autres ont été présentés devant le juge en début de semaine.

Source : Jacques Tiberi – Pixabay

Mardi après-midi, l’autopsie a permis de confirmer les traces de coups multiples ainsi que de fractures. Cependant, pour déterminer les causes exactes de la mort, une expertise supplémentaire sera nécessaire, notamment pour identifier la ou les armes du crime.

 

Source :

Le Figaro