Accueil La Newsly Room Inde : le virus de Nipah continue de faire des victimes

Inde : le virus de Nipah continue de faire des victimes

285
PARTAGER
Source : Salmar - Pixabay

En Inde, c’est la troisième fois que le virus de Nipah se déclare chez des victimes humaines. Dangereuse, cette maladie est mortelle dans 70 % des cas. Elle a déjà fait dix victimes, tandis que plusieurs dizaines de personnes ont été placées en quarantaine.

Source : dustinthewind – Pixabay

Depuis sa première apparition en 1998 en Malaisie, le virus de Nipah est responsable de la mort de près de 260 personnes et de l’euthanasie de plusieurs millions de porcs.

Qu’est-ce que le virus de Nipah ?

Le virus de Nipah est une maladie très particulière puisqu’elle est transmise à l’homme par la chauve-souris frugivore, un animal qui n’est pas censé vivre à proximité des humains. À cause de la déforestation massive de son habitat naturel, la chauve-souris frugivore a été forcée de se rapprocher des populations pour trouver de quoi se nourrir. Elle n’est pas affectée par sa propre maladie. Le mode de contamination de la maladie passe notamment par la consommation de fruits infectés par l’animal. Les fruits contaminés peuvent également affecter d’autres animaux, tel que les porcs ou les chevaux.

Les premiers symptômes repérés sont souvent de la fièvre, des maux de tête ou de la somnolence. La toux, les nausées, vomissements et autres douleurs abdominales sont également fréquents. Dans les formes les plus avancées, le virus de Nipah provoque des encéphalites, des atteintes au cœur (tension et fréquence cardiaque très élevées). La plupart des victimes meurent des suites d’un coma dû à une encéphalite mortelle.

Aucun vaccin disponible

Le virus de Nipah se soigne assez mal, mais il semble réagir à certains antiviraux. La maladie est encore récente et mal connue. Des recherches sont donc actuellement en cours, mais aucun vaccin n’est encore disponible.

Source : rnoid – Pixabay

En Inde, les autorités sanitaires appellent la population à ne pas céder à la panique et à être simplement prudente quant à la consommation de certains fruits. Les populations doivent également se tenir éloignées des personnes potentiellement infectées.

Source :

LCI, Wikipédia