Accueil La Newsly Room Incarcérée pour terrorisme, elle est soupçonnée d’avoir planifié son évasion

Incarcérée pour terrorisme, elle est soupçonnée d’avoir planifié son évasion

303
PARTAGER
Source : jplenio - Pixabay

La jeune femme de 18 ans avait un lien avec les attentats terroristes de novembre dernier. Écrouée par la justice, elle devait purger sa peine au sein de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, non loin d’Évry. Alors que la détenue se montrait relativement discrète, une drôle de découverte a été faite hier dans sa cellule : des objets laissant penser à une future tentative d’évasion.

Elle avait des plans de la prison dans sa cellule

Il n’est pas rare que des détenus arrivent à se fournir en objets interdits dans la prison (téléphone portable, cannabis, etc.). Souvent, ce sont des visiteurs au parloir qui arrivent à passer la fouille ou des détenus qui font eux-mêmes du troc.

Source : Fifaliana – Pixabay

Lorsqu’un téléphone portable a été retrouvé dans la cellule de la jeune femme, cela n’a pas surpris le personnel. En revanche, les plans manuscrits de la prison, eux, étaient beaucoup plus surprenants. Tous les objets suspects de la détenue, jugée pour terrorisme, ont été saisis.

La détenue a été placée en isolement

Après cette découverte, la détenue a été interrogée puis placée en isolement, le temps qu’une enquête ait lieu. Elle devrait être de nouveau entendue dans les jours à venir. Le parquet d’Évry a lancé cette fameuse enquête hier. L’objectif est notamment de savoir comment elle a réussi à rassembler ces objets, ainsi que l’identité des potentiels fournisseurs. D’après les premiers éléments de l’enquête, la jeune femme aurait réalisé elle-même le plan sommaire d’une partie de la prison en recoupant des informations.

Source : hsvbooth – Pixabay

Le personnel pénitencier est relativement tendu, notamment depuis l’annonce de mercredi dernier. En effet, un détenu de la maison d’arrêt de Brest (et fiché S) a réussi à s’échapper lors d’un transfert médical. Il est toujours activement recherché par les forces de l’ordre.

Source :

BFMTV