Accueil La Newsly Room Nantes : une famille retrouvée ligotée chez elle

Nantes : une famille retrouvée ligotée chez elle

494
PARTAGER
Source : LeoFra - Pixabay

À Nantes, ainsi que dans sa périphérie, les habitants subissent une nouvelle « mode » de délinquance : le home-jacking. Le concept est assez simple à comprendre. Les cambrioleurs s’introduisent dans une maison, mais ils ne comptent plus sur l’absence des propriétaires. Le cambriolage se fait alors de manière très violente : les victimes sont ligotées et menacées – généralement – avec une arme.

Source : fbhk – Pixabay

Violences et menaces pour des codes de carte bancaire

À Nantes, les cambrioleurs se contentent généralement de prendre des objets qui se transportent facilement, tels que des bijoux, des clés de voiture, des téléphones, mais surtout des cartes bleues. Le mode opératoire est toujours le même. Il y a des menaces de violences et de meurtres afin d’intimider les victimes, qui donnent ensuite leur numéro de carte bleue.

Ainsi, il y a deux semaines, deux femmes ont été cambriolées et retrouvées ligotées chez elles. Une octogénaire a également connu la même violence et a même été étranglée par l’un de ses agresseurs.

Ce dimanche, une nouvelle famille ligotée dans la commune de Rezé

Cette fois-ci, deux hommes se sont introduits dans un pavillon résidentiel de Rezé, à cinq heures du matin. Masqués et armés d’une arme de poing (pistolet), ils ont réveillé la famille et rassemblé ses quatre membres (dont un enfant âgé de 12 ans). C’est le père qui a surtout été la victime de violences, ayant été frappé et menacé.

Les deux hommes ont fini par fuir avec des bijoux et les cartes bancaires du couple, laissant la famille stressée et très marquée par cet épisode traumatisant.

La recrudescence des cas de home-jacking inquiète beaucoup les autorités, et notamment le procureur, qui a fait ouvrir une enquête auprès de la police judiciaire. En effet, il est possible que certains des cas de home-jacking aient été commis par un même groupe de cambrioleurs violents.

Source :

Ouest France