Accueil La Newsly Room Un avocat demande la « grâce présidentielle » pour son client détenu...

Un avocat demande la « grâce présidentielle » pour son client détenu depuis 40 ans

312
PARTAGER
Source : Devanath - Pixabay

Il y a 40 ans, Michel Cardon a été condamné pour de la prison à perpétuité. Âgé aujourd’hui de 67 ans, il a été reçu par des experts en janvier 2018. Ces derniers sont formels, Michel Cardon n’est plus dangereux et semble avoir été « oublié » par la justice française : « aucun projet d’exécution de peine n’a été imaginé à son sujet ». Son avocat demande la grâce présidentielle, dans une lettre envoyée à Emmanuel Macron le 12 février 2018.

Source : Free-Photos – Pixabay

Condamné pour le meurtre d’un voisin

40 années en arrière, Michel Cardon et un ami ont décidé de cambrioler la maison d’un voisin. Le cambriolage a mal tourné et le voisin a été tué. Le duo est reparti avec un maigre butin à l’époque : 200 francs et quelques objets sans grande valeur. Lors de leur procès, la peine de mort avait été demandée, mais la prison à perpétuité a été la sentence retenue. Maître Morain, actuel avocat de Michel Cardon, a écrit dans sa lettre au président : « Je vous demande solennellement […] d’user de votre droit de grâce au bénéfice de M. Michel Cardon, détenu au centre de détention de Bapaume (Pas-de-Calais) sous le numéro d’écrou 7147 depuis 40 ans, 3 mois et 14 jours ». Cela fait plus de 20 ans que Michel Cardon pouvait demander à bénéficier d’une liberté conditionnelle.

Un état de santé préoccupant

Maître Morain explique également dans sa lettre avoir été choqué la première fois qu’il a rencontré Michel Cardon : « Il avait une barbe qui lui mangeait le visage, la bouche tordue après un AVC, des difficultés d’élocution du fait de problèmes cardiaques, il est sourd d’une oreille, a une cécité partielle…  » Il ajoute également que son client n’est plus dangereux, voire qu’il semble « éteint par cette trop longue détention ». Actuellement, une association du Val-d’Oise étudie la possibilité de l’accueillir et de l’accompagner s’il venait à sortir de prison.

Source :

Liberation