Accueil La Newsly Room L’activité physique pourrait protéger de la démence

L’activité physique pourrait protéger de la démence

189
PARTAGER
Source : DanielReche - Pixabay

Récemment, une équipe de chercheurs suédois a publié une étude dans laquelle il était mis en lumière qu’une activité physique régulière prévenait potentiellement des risques de démence.

Source : lograstudio – Pixabay

Une activité conseillée à partir de 40 ans

Selon les résultats publiés, pratiquer du sport à partir de 40-50 ans permettrait de protéger et de retarder l’apparition d’une démence liée à l’âge. Si cela vous intéresse, les résultats ont été publiés dans le journal américain Neurology.

Cette équipe de chercheurs travaillait au sein de l’université suédoise de Göteborg. Ils ont réalisé des tests sur près de 191 femmes âgées – en moyenne – de 50 ans durant près de 44 ans. À chaque rendez-vous, un test d’effort leur était demandé. 40 de ces femmes disposaient de capacités physiques élevées, 92 des capacités moyennes et 59 des capacités dites « limitées ». Certaines de ces dernières ont dû arrêter le test pour éviter un malaise.

Un déclin cognitif bien plus tardif

Sur ces 44 dernières années, ces femmes ont été reçues et testées 6 fois, ce qui a permis aux chercheurs de dégager les résultats suivant :

  • 5 % des femmes ayant une activité physique élevée ont vu se développer une démence ;
  • 25 % des femmes ayant une activité physique moyenne ont développé une démence ;
  • 32 % des femmes ayant une activité physique limitée ont vu se développer une démence avec l’âge ;
  • 45 % des femmes qui ont arrêté les tests en cours d’étude (car ces derniers étaient trop durs pour elles) ont également développé une démence.

Pour les femmes les plus actives, ce déclin cognitif s’est déclenché, en moyenne, 11 ans après celles ayant une activité moyenne, soit aux alentours de 90 ans.

Cependant, malgré des résultats encourageants et très positifs, l’équipe reste mesurée : « Ces résultats sont excitants, car ils suggèrent que l’on pourrait prévenir ou retarder l’apparition de la démence par des actions bien avant en encourageant l’activité physique élevée […] Mais ce que nous avons mis en évidence, c’est une association entre exercice physique et risque diminué de démence, pas une vraie relation de cause à effet ».

Source :

Le Figaro