Accueil La Newsly Room Le police recherche toujours l’individu suspect du CHU de Caen

Le police recherche toujours l’individu suspect du CHU de Caen

300
PARTAGER
Source : StockSnap - Pixabay

Vendredi soir, un homme décrit comme « jeune et baraqué » s’est présenté aux urgences. Quand le personnel médical lui a demandé d’attendre son tour (car le nouveau venu était agité), l’homme a répondu qu’il était armé d’un fusil à pompe et que c’était un islamiste. Paniqué, le personnel hospitalier a prévenu les forces de l’ordre, qui ont pris la menace très au sérieux. Le CHU de Caen a été encerclé toute la nuit. L’homme, lui, est resté introuvable.

Source : StockSnap – StockSnap

La menace confirmé par des témoins

Au CHU de Caen, de nombreux témoins ont pu voir cet homme agité. Ce dernier, dès son arrivée, a exigé d’être reçu dans les plus brefs délais. Il s’est approché d’une infirmière et cette dernière l’a repoussé. Fâché, l’homme aurait répondu : « Je suis islamiste […] Je passerai, de toute façon, car j’ai un fusil à pompe dans mon sac ». Effectivement, l’homme avait avec lui un grand sac noir, qui aurait pu contenir l’arme qu’il disait posséder. Cependant, aucun témoin ne l’a vu s’en servir. Après sa déclaration, l’homme se serait dirigé vers l’ascenseur menant aux étages du CHU.

De lourds moyens mis en place

La préfecture a fait intervenir des policiers, plusieurs dizaines de pompiers, un escadron de la gendarmerie mobile et de la brigade cynophile (avec chien). Le maire de Caen ainsi que le préfet ont également fait le déplacement. Le bâtiment a été encerclé de longues heures tandis que les forces de l’ordre ont fouillé en long, en large et en travers tout le CHU.

L’homme est resté introuvable. Est-il resté caché tout le temps de l’intervention ? Ou s’est-il enfui juste après avoir proféré ses menaces ? Le procureur Carole Étienne a évoqué ce déploiement assez extraordinaire : « Le principe de précaution a été appliqué […]  Un individu a proféré de graves menaces à l’intérieur d’un établissement de soins. Le dispositif de vérification et de sécurité était adapté aux circonstances ». La chasse à l’homme est toujours en cours.

Source :

Ouest France