Accueil La Newsly Room Attentat au Burkina Faso : qu’est-ce que le GSIM ?

Attentat au Burkina Faso : qu’est-ce que le GSIM ?

197
PARTAGER
Source : Public_Domain_Photography - Pixabay

Ce samedi, le GSIM (ou « Groupe pour le soutien de l’islam et des musulmans ») a revendiqué l’attentat d’Ouagadougou. Ce dernier a fait 8 morts du côté des forces de l’ordre. Aucune perte civile n’est, actuellement, à déplorer. Penchons-nous un peu plus sur ce « nouveau » groupe extrémiste.

Drapeau du Burkina Faso. Source : Wikimedia Commons

Formation du GSIM en 2017

D’après les premières sources, le GSIM est né il y a près d’un an et provient de l’union de plusieurs mouvements djihadistes. Ce groupe se présente comme « comme le plus grand rassemblement de djihadistes de la région ». Ses membres sont issus de nombreux groupes tel qu’Ansar Dine, Al-Mourabitoune et l’Émirat du Sahara (une branche d’Al-Qaïda).

Le GSIM est actuellement dirigé par Iyad Ag Ghaly. C’est un chef touareg qui est (à la base) le chef de l’unité Ansar Dine, alliée d’Al-Qaïda. Dans une interview donnée à une organisation yéménite d’Al-Qaïda au printemps 2017, ce dernier a déclarer vouloir « élargir sa présence dans un grand espace géographique […] dresser tous les musulmans contre l’ennemi à travers une recherche de soutien populaire et le renforcement des relations avec les populations ».

Pourquoi l’ambassade de France était-elle visée ?

Ce pourrait être une histoire de vengeance. En effet, un ex-colonel de l’armée malienne (et proche de l’actuel dirigeant du GSIM) a été tué lors d’une attaque des forces françaises au Mali, en février 2018. Pendant ce raid, l’état-major français a estimé avoir tué ou emprisonné une vingtaine de terroristes.

Ce jour-là, une réunion militaire du G5-Sahel (réunissant les figures militaires du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Tchad et du Burkina Faso) devait avoir lieu dans la salle ayant le plus été touchée par l’explosion et l’attaque en elle-même. Miracle, cette réunion s’est finalement déroulée dans une autre salle, évitant ainsi le massacre.

Source :

20 Minutes