Accueil La Newsly Room Politique Laurent Wauquiez piégé

Laurent Wauquiez piégé

223
PARTAGER
Laurent Wauquiez à Villeneuve-d'Ascq le 2 février 2012. Crédits photo : Peter Potrowl, Wikimedia Commons

Après son succès régional en Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez a su profiter de l’affaire Fillon et de la division des cadres de son parti pour prendre la tête de Les Républicains. Incarnant une ligne très à droite sans pour autant prôner des alliances avec le FN, le nouveau président de LR ne plaît pas à tout le monde. Lors d’un déplacement dans la capitale des Gaules, certains de ses propos ont été enregistrés à son insu. L’« affaire » naissante occupe amplement l’espace médiatique.

Wauquiez aurait dû se méfier des étudiants

C’est lors d’une allocution devant les élèves de l’EM Lyon Business School (École de management de Lyon) que Wauquiez a été piégé. Il était strictement interdit de filmer ou d’enregistrer d’une quelconque manière la conférence donnée devant un public choisi d’une quarantaine de personnes. Les enregistrements qui ont donc fait surface ensuite ont naturellement été pris à son insu. Ils ont souvent choqué, parce que le président de LR critique bon nombre de politiciens. Les attaques concernent son propre camp aussi bien que d’autres factions. Ces offensives n’étant pas particulièrement étayées, des personnalités incriminées pourraient être tentées de porter plainte pour diffamation. Voici les passages qui ont transpiré dans la presse :

Le « discours anti-langue de bois » promis par Laurent Wauquiez l’aura donc mis dans une situation périlleuse. Il n’a pas manqué de faire le tour des médias. Si le comportement des membres du public ayant abusé de la confiance de l’invité est condamnable, il ne faut pas mettre de côté le caractère souvent étonnant des propos tenus par le président de LR.

Les conséquences de ces indiscrétions

Laurent Wauquiez accuse notamment Nicolas Sarkozy d’avoir, en tant que président de la République, fait enregistrer ses ministres ou opéré des contrôles de téléphones portables. Le transfuge de la droite Gérald Darmanin n’est pas mieux loti, le conférencier y voyant un nouveau « Cahuzac ». Enfin, Emmanuel Macron et ses proches sont accusés d’être à l’origine de l’« affaire Fillon ». Entre autres civilités à l’adresse d’Angela Merkel ou du MEDEF…

Les réponses ont fusé, notamment de la part de Gérald Darmanin ou de Christophe Castaner, le patron de LREM, qui a mis en doute la capacité de Wauquiez à diriger un parti politique. Les différents membres de ce dernier n’ont pas réagi. Au micro de RTL, Éric Zemmour a parlé d’une « chasse au Wauquiez » et s’attriste des excuses présentées par ce dernier :

Mais Laurent Wauquiez assume ses propos et a décidé de saisir le CSA et de porter plainte. En effet, il semblerait que l’émission Quotidien de Yann Barthès soit à l’origine de l’enregistrement en ayant instrumentalisé un étudiant. Des personnes ayant assisté à la conférence dénoncent également un décalage entre les perles isolées diffusées dans les médias et la teneur globale du discours. Ces étudiants-là donnent des exemples précis où, avec le contexte, les propos tenus ont un sens très différent. Ils dénoncent l’isolement de 2 minutes 45 d’enregistrement sur 6 heures de cours.