Accueil La Newsly Room International Le directeur international d’Oxfam inculpé pour corruption au Guatemala

Le directeur international d’Oxfam inculpé pour corruption au Guatemala

225
PARTAGER
Un magasin Oxfam en Irlande du Nord. Crédits photo : Ardfern, 17 août 2009, Wikimedia Commons

Poursuivant de nobles desseins, certaines ONG peuvent cependant abriter en leur sein de véritables requins. Ces jours-ci, différents scandales remontent sur le devant de la scène médiatique. Il y a notamment des affaires de corruption et d’abus sexuels pour Oxfam et de viol ou harcèlement pour Médecins Sans Frontières.

L’arrestation de Juan Alberto Fuentes Knight

Oxfam International est un vaste ensemble d’ONG créé en 1942 en Angleterre. Son objet principal est de lutter « contre les injustices et la pauvreté ». Cette institution est présente dans la plupart des pays anglo-saxons ou liés à l’ancien Empire britannique : Amérique du Nord, Afrique du Sud, Inde…

Des critiques contre Oxfam ont été rendues publiques il y a plus de dix ans déjà. Il s’agissait notamment d’accusations de collusions politiques avec le gouvernement du Royaume-Uni. Une traçabilité et une transparence minimes étaient également pointées du doigt. Certains ont même parlé de commerce déguisé sous couvert de commerce équitable.

Tout change d’échelle en 2018 avec des abus sexuels ayant eu lieu au Tchad et en Haïti rendus publics. De hauts responsables, tel Roland Van Hauwermeiren, auraient embauché des prostituées sur les deniers de l’ONG. Diverses démissions ont enchaîné, des suspicions de viols sur mineurs comprenant jusqu’au Royaume-Uni. Retour sur cette affaire avec France 24 :

Maintenant, c’est le directeur international d’Oxfam qui est arrêté au Guatemala dans une affaire de corruption. Juan Alberto Fuentes Knight est un ancien ministre des Finances de ce petit État. Or, la présidence d’Alvaro Colom aurait été le théâtre de transactions budgétaires douteuses concernant une réforme des transports et l’achat public d’autobus. Cela ne fait toujours pas bonne presse pour l’ONG à l’image déjà ternie…

MSF également dans la tourmente ?

Face aux copieux scandales qui ont entaché la réputation d’Oxfam, l’organisme Médecins Sans Frontières a préféré prendre les devants. L’ONG vient d’avouer avoir été confrontée à 24 cas avérés d’agression ou harcèlement sexuel pour la seule année 2017. Ce nombre ne prend compte que des plaintes ayant remonté la hiérarchie et ne comptabilise sans doute pas des victimes ayant préféré gardé le silence. Le communiqué de MSF parle tout de même de 146 « signalements » pour l’année dernière : une donnée très inquiétante.

Ces abus de 2017 auraient donné lieu à 19 licenciements. Certains sont internes aux équipes de Médecins Sans Frontières, mais d’autres concernent des patients ou un de leurs accompagnateurs. Plus inquiétant encore : la direction a dit être « consciente que les abus […] sont sous-rapportés ». TV5 Monde a évoqué ce sujet dans son journal télévisé :

La directrice juridique de MSF s’appelle Françoise Bouchet-Saulnier. Ses propos sur le sujet ont été rapportés par l’AFP. Parmi eux, certains peuvent faire peur, comme lorsqu’elle mentionne « une espèce d’impunité et une loi du silence ». Ou encore : « Il y a dans le milieu de l’humanitaire une vie sexuelle qui est plus déstructurée ».

Les dons consentis à Oxfam par prélèvement automatique seraient actuellement annulés deux fois plus souvent que par le passé. Les subventions publiques, qui concernent près d’un cinquième des ressources de cette ONG internationale, pourraient fondre. Il est possible que les aveux de MSF freinent eux aussi les donateurs. Quoi qu’il en soit, malheureusement, les abus sexuels semblent être plus que jamais monnaie courante…

Source :

La Libre