Accueil La Newsly Room Santé Cancer : un vaccin parvient à éradiquer toutes les tumeurs chez les...

Cancer : un vaccin parvient à éradiquer toutes les tumeurs chez les souris

2228
PARTAGER
Le vaccin contre le cancer a réussi à éliminer les tumeurs chez la souris. Crédit photo : Wikimedia Commons/Destroyer of furries

Une percée incroyable dans la recherche sur le cancer a été annoncée la semaine dernière par des chercheurs de l’école de médecine de l’université de Stanford. Il s’agit d’un vaccin contre le cancer qui a réussi à éliminer des tumeurs chez des souris.

La clé réside dans la stimulation des cellules T spécifiques au cancer

Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de Stanford rapporte que l’injection de quantités infimes de deux agents immunostimulants à l’intérieur des tumeurs chez les souris a pu éliminer toute trace de cancer. Le premier agent est un court segment d’ADN appelé oligonucléotide CpG et le deuxième, un anticorps qui active les lymphocytes T.

Bientôt, un essai sera prévu sur l’homme pour lutter contre les cancers. Crédit photo : Pxhere

Les scientifiques ont conçu un régime d’immunothérapie ciblé qui a éradiqué les tumeurs dans tout le corps chez la souris. Le vaccin aurait guéri le cancer chez 87 souris sur 90. Bien que le cancer soit revenu chez trois souris, les cellules cancéreuses ont diminué après un second traitement. Les chercheurs ont observé des résultats similaires chez des souris portant des tumeurs du sein, du côlon et du mélanome.

Un essai bientôt prévu chez l’homme

Bien sûr, ce n’est pas parce que ce vaccin a été efficace sur les rats qu’il le sera forcément chez les humains. Une revue des études a montré que 90 % des médicaments testés chez les rats échouent dans les essais chez l’homme. Mais pour les scientifiques, même une chance de 10 % de développer un vaccin contre le cancer est énorme.

Un essai clinique sur des humains devrait commencer bientôt sur près de 15 patients souffrants d’un lymphome de bas grade. En cas de succès, il pourrait inaugurer une toute nouvelle ère de traitement du cancer. Les deux agents étant similaires chez les humains, il est envisageable qu’ils aient un effet identique à ce qui a été observé chez les rats.