Accueil La Newsly Room Christine Bravo raconte comment elle a subi trois tentatives de viol dont...

Christine Bravo raconte comment elle a subi trois tentatives de viol dont une à TF1

231
PARTAGER
Christine Bravo, "j’ai subi trois tentatives de viol, dont une à TF1". Capture écran YouTube

Dans une interview à Télé Loisirs, l’animatrice star des années 90 Christine Bravo raconte sa carrière. Elle donne aussi sa vision de la place de la femme à la télévision et évoque les agressions sexuelles dont elle a été victime.

Le silence sur ses agressions sexuelles

Christine Bravo a dominé la télévision française de 1990 à 2000. Elle animait des émissions comme Frou-Frou et Union libre. Elle raconte sa carrière dans un entretien accordé à Télé Loisirs. Lors de cette entrevue, elle parle du sexisme dans l’environnement de la télévision et relate les agressions sexuelles dont elle a souffert.

Elle affirme qu’il faut porter plainte en cas d’agression sexuelle. Crédit photo : Sudumihail. Pixabay

Elle affirme : « j’ai subi trois tentatives de viol, dont une à TF1, il y a vingt-cinq ans. Un homme, dont je ne donnerai jamais le nom, m’a enfermée dans son bureau et arraché mon soutien-gorge ». Elle ajoute que ce qui l’a sauvée, c’est le fait d’avoir hurlé. Cependant, quand elle est sortie, ses collègues avaient la tête baissée.

Pas de longévité pour les femmes animatrices

L’animatrice va plus loin en affirmant qu’à cette époque les agressions sexuelles étaient courantes et qu’il n’y avait pas de véritable soutien envers les femmes. Pour elle, vieillir à la télévision est quasiment impossible pour une femme. Elle affirme que les hommes qui ont débuté en même temps qu’elle sont encore là et qu’il n’y a eu aucun changement pour les remplacer par des femmes. Par contre, elle n’y est plus.

Pour Christine Bravo, les victimes doivent porter plainte à la police plutôt que d’en parler sur le Web. Elle dit n’avoir jamais dénoncé son agresseur, car si ce dernier est mort, sa famille n’a pas à le savoir. Dans le cas contraire, il y a prescription, sans parler du risque de se faire attaquer pour diffamation.

Source :

Francetvinfo