Après avoir tué des dizaines de milliers d’humains, le virus Ebola devrait connaître un futur assez sombre dans les jours qui viennent. Un vaccin vient en effet d’être autorisé par l’Union Européenne. Ce dernier immunise les populations contre la maladie en une seule injection, tout en réduisant le risque de transmission interhumaine.

Ervebo, le vaccin contre Ebola, des tests conduits en secret

Depuis 18 mois environ, le laboratoire pharmaceutique américain Merck Shape and Dohme développe et teste diverses déclinaisons d’un vaccin contre le virus Ebola. Le plus récent et prometteur d’entre-eux s’appelle Ervebo. Il vient d’être approuvé par les autorités sanitaires de l’Union Européenne.

Des soignants équipés pour prendre en charge les patients atteints d’Ebola – Crédits photo : AFRICOM

Cette autorisation de mise sur le marché intervient après de longs mois de tests secrets et non officiels sur des populations volontaires en Afrique. Au total, ce sont plus de 236 000 individus dont 60 000 soignants, qui auraient été vacciné avec succès par l’Ervebo. Avec des résultats supérieurs aux attentes. Au total 100 % des sujets immunisés ont pu résister sans peine à une exposition au virus.

Alors préqualifié en octobre dernier par l’Agence européenne des médicaments (EMA) l’Ervebo jouit désormais d’une autorisation de commercialisation.

Comment fonctionne Ervebo?

Merck Shape and Dohme n’est pas entré en détail dans les méandres d’Ervebo. Tout ce que l’on sait c’est que sa mise au point met un terme à 16 ans de recherches et de financement. La formule définitive d’Everbo est désormais disponible pour les agences et antennes de l’ONU et une production à grande échelle devrait démarrer sous peu.

Une patiente en cours de vaccination – Crédits photo : Pixabay

Autre information utile, Ervebo fait partie de la famille des vaccins vivants atténués. Il est donc constitué d’une souche du virus Ebola dont le pouvoir pathogène a été supprimé.

Le but de ce type de vaccin est d’induire une réaction immunitaire ciblée contre Ebola en vue de produire des anticorps avec mémoire qui interviendront en cas d’une exposition ultérieure au virus.

Source :

Futuremag

Ne ratez plus les news les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici