Accueil Business France : l’Assemblée Nationale autorise des expérimentations sur le cannabis thérapeutique

France : l’Assemblée Nationale autorise des expérimentations sur le cannabis thérapeutique

Des feuilles de cannabis - Crédits photo : Wikimedia Commons

Bien que de nombreux pays aient sauté le pas en légalisant totalement ou partiellement le cannabis, la France fait partie de ces nations où il est strictement et formellement interdit d’en consommer. Aussi bien à but thérapeutique que récréatif. Cependant, l’Assemblée Nationale française a partiellement levé cette interdiction en fin de semaine dernière en autorisant des essais cliniques et tests thérapeutiques de produits pharmaceutiques à base de cannabis. Et ce pour deux ans.

La France autorise les tests sur le cannabis thérapeutique pour 2 ans

Le 25 octobre dernier, l’Assemblée Nationale donnait son feu vert quant à l’expérimentation de l’usage médical du cannabis. Cette décision qui n’a pas manqué de faire réagir l’intégralité de la classe politique et même des Français, intervient au moment où l’exécutif établit le budget de la Sécurité sociale pour l’exercice 2020.

Ainsi, les députés ont voté à main levée un amendement initié par le rapporteur LREM Olivier Véran. Cet amendement statue à deux années, la période légale durant laquelle le cannabis sera autorisé du moins partiellement en France. Et seulement dans un but médical. Ainsi, son usage récréatif demeure prohibé.

Dans la foulée, l’ANSM, l’agence de contrôle du médicament, a également donné son aval en vu du lancement de tests cliniques de certaines molécules.

Pourquoi légaliser l’usage thérapeutique du cannabis ?

Le trou de la sécurité sociale est abyssal. Et chaque année, il se creuse un peu plus. Ce qui pousse les politiques à revoir chaque année le budget SECU en vue d’amender tant que possible la facture déjà salée de la santé des Français.

Or les Français malades, on en compte à la pelle. Surtout ceux accros ou addicts à des antalgiques qui sont en général onéreux et remboursés à 100 % par la SECU. Du coup, l’expérimentation de substances moins coûteuses et aux effets plus puissants sans risque d’accoutumance demeure la seule solution viable. D’où cette légalisation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here