Accueil Le saviez-vous? Est-il encore possible de vivre de son art ?

Est-il encore possible de vivre de son art ?

Tout-petit, vous passiez de longues heures à capturer l’essence de la vie dans vos dessins. Adolescent, vous avez découvert la photographie et ne l’avez plus quitté. Grâce à internet, vous avez pu perfectionner votre technique et gagner en qualité.

Aujourd’hui, vous aspirez à vivre pleinement de votre art. Sauf qu’internet, autrefois si amical, s’est retourné contre vous.

Hégémonie du freebie, banques d’images HD gratuites, hobbyistes proposant leurs services à prix cassés… Aïe. Ça fait mal. Est-il encore possible de vivre de son art au 21e siècle ou devrez-vous vous contenter de tickets resto en guise de paiements ?

Un bouleversement radical du mode de consommation

Jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’État avait la main mise sur de nombreux secteurs de l’économie. Libéralisation oblige, il est doucement passé au rôle de régulateur. Les subventions à l’intention des artistes diminuent progressivement, les grands projets artistiques nationaux se font plus rares… L’État perd peu à peu son rôle de mécène.

En 2018, 57,29 millions de Français étaient connectés à internet. En quelques clics, l’internaute a accès à une banque titanesque d’œuvres mises à sa disposition gratuitement. L’univers est devenu de plus en plus concurrentiel et pour se faire connaître, des artistes n’hésitent pas à diffuser leurs œuvres gracieusement.

N’ayant pas su s’adapter, les galeries d’art traditionnelles ferment les unes après les autres et les artistes en surnombre ne savent où proposer leurs services. C’est un tableau bien sombre qui est ici peint…

Cependant, le 21e siècle est aussi celui de toutes les folies. Certains comme Peter Liek ont compris comment vendre ses photos et ont réussi à tirer leur épingle. Son cliché tout de noir et de blanc, sobrement intitulé “Phantom”, a été vendu à 5,24 millions d’euros.

Alors oui, il est tout à fait possible de vivre de son art. Le tout est de développer de solides compétences entrepreneuriales.

Du statut de photographe à celui d’artpreneur

Contraction des termes artiste et entrepreneur, l’artpreneur est un indépendant spécialisé dans la création. En plus de ses compétences en peinture, photographie ou musique, il sait comment se vendre et attirer les clients.

Que les choses soient claires : aujourd’hui, il est quasiment impossible d’atteindre l’indépendance financière sans penser comme un homme d’affaires. C’est là que, malheureusement, beaucoup de créatifs échouent. Et sans le support de galeries marchandes ou d’agents, ils ne parviennent pas à progresser.

Internet n’est pas un ami fidèle, mais ce n’est pas non plus un ennemi. C’est un outil qui se modèlera au gré de vos envies. Mettez sur pied un site de vente, utilisez les réseaux sociaux pour braquer la lumière sur vous, organisez des expositions réussies et savourez votre succès.

Un dernier conseil : ne restez pas seuls. La photographie est par essence une activité solitaire, mais cela ne signifie pas que vous deviez vous transformer en ermite. Rencontrez d’autres artistes, allez à leurs événements et appréciez leur compagnie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here