Accueil Economie XL Airways ferme boutique, 570 salariés mis à la porte

XL Airways ferme boutique, 570 salariés mis à la porte

Un avion XL Airways - Crédits photo : YouTube

Voilà une nouvelle qui risque de ne pas trop plaire au gouvernement et à Emmanuel Macron. En effet moins d’une semaine après la disparition d’Air Azur et le licenciement de l’intégralité de ses employés, c’est au tour d’XL Airways de payer les frais de la conjoncture. En effet, la compagnie aérienne a été placée en liquidation judiciaire vendredi dernier après que la proposition de rachat de Gérard Houa eut été déclarée irrecevable. Conséquence, près de 600 nouveaux chômeurs.

XL Airways dépose le bilan et passe en procédure de liquidation

Alors actionnaire minoritaire d’Aigle Azur, Gérard Houa pensa un instant pouvoir reprendre XL Airways et faire redécoller la compagnie aérienne. C’était sans compter sur la détermination du président du tribunal de Bobigny, qui plaça la firme française en liquidation judiciaire.

En effet Houa proposa de racheter XL Airways 30 millions d’euros. Rachat assorti du maintien de plus des 3/4 des effectifs de la compagnie aérienne. L’offre a été jugée irrecevable par Aline Chanu, avocate du comité d’entreprise de XL Airways.

XL Airways – Crédits photo : YouTube

Des dizaines de nouveaux chômeurs

Avec la fermeture d’Aigle Azur et de XL Airways, c’est un total de 1 700 agents du transport aérien qui se retrouvent au chômage. Ils viennent ainsi gonfler des rangs déjà suffisamment fournis, de chômeurs du secteur aérien.

Les raisons de la liquidation de XL Airways

En 2018, XL Airways transporta quelques 750 000 voyageurs en Amérique du Nord, aux Antilles, en Chine et à la Réunion. Ceci grâce à ses 4 aéronefs en leasing. Des Airbus A330. Seulement, avec des pertes de 38 millions d’euros sur le seul exercice fiscal de 2017 à 2018 qui s’est clôt en septembre dernier, la firme n’a pas pu obtenir le soutien de ses actionnaires.

De plus, la farouche concurrence des compagnies aériennes étrangères low-cost n’a pas facilité les choses pour une firme déjà à l’agonie depuis quelques années.

Source :

La Tribune

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here