La maladie d’Alzheimer fait partie de la longue liste des maladies neurodégénératives qui participent chez le sujet âgé à l’altération de fonctions supérieures. Bien qu’elle soit prise en charge dans une moindre mesure par des traitements médicamenteux, Alzheimer pourrait jouir d’un meilleur traitement si elle pouvait être diagnostiquée plus tôt. Grâce à un test sanguin inédit cela pourrait bientôt être possible, 20 ans avant l’apparition des premiers symptômes.

Un test sanguin plus efficace que le scanner cérébral

En France ce sont 1,2 millions de Français qui souffrent de la maladie d’Alzheimer. Et chaque année des milliers de nouveaux cas sont découverts, alors que la recherche autour du diagnostic et même de la prise en charge de cette maladie stagnent.

Fruit des travaux menées par le Dr Randall Bateman et son équipe, un nouveau test sanguin révolutionnaire pourrait faciliter la détection de la maladie avant même que ses premiers symptômes n’apparaissent.

Comme l’explique le neurologue américain dans l’interview qu’il acordait à un journal local dans le cadre de sa découverte, les tests de détection de la maladie ne prenaient pas en compte toutes les variables nécessaires. L’idée que lr Dr Randall eut fut de combiner divers facteurs, notamment génétiques au travers du gène APOE4 incriminé dans le processus d’appareil d’Alzheimer, afin d’affiner les investigations médicales.

Un scanner cérébral – Crédits photo : US Army

A ce jour, seul le scanner cérébral permettait avec une certaine marge d’erreur de mettre en évidence la maladie d’Alzheimer chez un patient. Toutefois compte-tenu du coup de cet examen et surtout du fait que le résultat soit opérateur dépendant (un médecin peut voir Alzheimer là où un autre verrait une neuropathie hypertensive), un test sanguin est plus sûr pour confirmer ou infirmer la présence de la maladie. De plus, les résultats de l’étude menée autour du test du Dr Bateman pointent en faveur d’un seuil de détection de 94 %. Ce qui est hautement appréciable et contributif.

Une amélioration du traitement

Au-delà de 65 ans les chances de développer Alzheimer sont multipliées par deux chaque année. Du coup, il urge de trouver des pistes de diagnostic mais surtout d’améliorer le traitement contre cette maladie. Or à ce jour, on ne soigne pas Alzheimer, mais on en atténue les symptômes, tout en allongeant et améliorant la qualité de vie.

Un dépistage précoce serait sans aucun doute la voie idoine pour une thérapie plus ciblée et de meilleure qualité.

Ne ratez plus les news les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici