Accueil La Newsly Room Géopolitique La France accuse l’Iran d’avoir orchestré un attentat à la bombe à...

La France accuse l’Iran d’avoir orchestré un attentat à la bombe à Paris

216
PARTAGER
Source : Pixabay. La France accuse l'Iran d'être derrière un complot visant à bombarder une manifestation.

Des responsables français ont déclaré que le ministère iranien des services de renseignements était derrière un complot visant à bombarder un rassemblement de groupes d’opposition iraniens à Paris en juin. Dans un communiqué, le gouvernement français a indiqué qu’il avait gelé les avoirs de deux hauts responsables iraniens.

L’Iran insiste sur le fait que le complot présumé est une pure fabrication, et a appelé à des pourparlers. Mardi, à Dunkerque, la police a fait irruption dans un centre musulman chiite étroitement lié à l’Iran. Les policiers ont procédé à plusieurs arrestations et gelé les avoirs du groupe.

Sur quoi ses accusations sont-elles fondées ?

Le 30 juin, des partisans de l’opposition iranienne se sont rassemblés à Paris pour une réunion du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI). Newt Gingrich, ancien président de la Chambre des représentants des États-Unis, et Rudy Giuliani, avocat du président Donald Trump, faisaient partie des invités.

Ci-dessous les détails de cette affaire en anglais :

Le CNRI est considéré comme un groupe opposant du régime au pouvoir. L’Iran le qualifie d’ailleurs d’organisation terroriste. Il est apparu par la suite que deux ressortissants belges d’origine iranienne, connus sous les noms d’Amir A. et Nasimeh N., avaient été arrêtés par la police belge en possession d’un demi-kilo d’explosifs et d’un détonateur. Lors d’une série de raids coordonnés, un autre homme, identifié sous le nom de Merhad A., a été arrêté à Paris.

La réaction de la France

Mardi, le gouvernement français a déclaré qu’il pensait que le ministère iranien du renseignement était derrière le complot. Il a alors annoncé le gel des avoirs de deux agents des services de renseignements iraniens.

Dans une déclaration commune, les ministres français de l’Intérieur, des Affaires étrangères et de l’Économie ont qualifié cet acte d’extrêmement grave. En prenant ces sanctions, la France renforce sa détermination à lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes, ont-ils affirmé.

Source :

BBC