Accueil La Newsly Room Un insecticide nuit à la fertilité des souris sur plusieurs générations

Un insecticide nuit à la fertilité des souris sur plusieurs générations

296
PARTAGER
Source : Vnukko - Pixabay

Dans de récentes expériences, des souris ont été exposées au chlordécone, un insecticide surtout utilisé aux Antilles. Selon les résultats de l’enquête, les souris exposées avaient du mal à se reproduire sur plusieurs générations.

Une production de spermatozoïdes moins performante

Le chlordécone a agi directement sur la production de spermatozoïdes (ou spermatogenèse) des souris. Cette conséquence toucherait également les mâles des générations futures, même si ces derniers n’ont pas été en contact direct avec l’insecticide. Les effets se sont fait ressentir après deux générations supplémentaires.

Source : cuncon – Pixabay

Cependant, comme toute expérience sur les souris ou rats de laboratoire, il est possible que les conclusions observées ne soient pas les mêmes chez l’homme. D’autant plus que le chlordécone a été donné sous forme de dose journalière par voie orale aux souris.

Un insecticide interdit en France depuis 1990

Le chlordécone a été reconnu comme étant un insecticide cancérogène et un perturbateur endocrinien. Il a été interdit en 1977 aux États-Unis, mais utilisé aux Antilles entre 1972 et 1993, principalement pour lutter contre le charançon de bananier. En France, l’insecticide a été interdit dès les années 1990. Cependant, en 1993, les Antilles ont réussi à obtenir une dérogation pour continuer à l’utiliser.

Bien que l’interdiction ait été prononcée il y a près de 28 ans en France, le chlordécone est encore présent dans les sols. En effet, les experts estiment qu’il y restera encore 600 à 700 ans avant d’être complément évacué. On peut ainsi le retrouver dans certaines denrées alimentaires (végétales ou animales) et dans certaines sources d’eau douce.

Source : sbj04769 – Pixabay

Cependant, les chercheurs souhaitent se montrer rassurant. Le niveau de chlordécone présent actuellement dans les sols, nourritures et dans l’eau est trop faible pour entraîner un quelconque effet néfaste sur l’homme et sa production de spermatozoïdes. Cependant, les chercheurs ne savent pas encore si cette exposition pourrait avoir un impact sur les femmes enceintes.

Source :

Actu Orange