Accueil La Newsly Room Belgique : suspecté du meurtre de sa voisine de 24 ans, il...

Belgique : suspecté du meurtre de sa voisine de 24 ans, il est retrouvé mort dans sa cellule

304
PARTAGER
Source : AlexVan - Pixabay

Samedi matin, un homme suspecté (et ayant avoué) le meurtre d’une jeune femme de 24 ans a été retrouvé mort dans sa cellule. Une enquête a été ouverte et la thèse privilégiée est celle du suicide. Retour sur cette histoire qui avait entaché la responsabilité de la police l’année dernière.

Le drame de Louise Lavergne, harcelée par son voisin

Louise Lavergne, jeune étudiante de 24 ans originaire du Mans, devait supporter les avances déplacées de son voisin de 54 ans. En 2015, ce dernier lui avait déjà envoyé une lettre enflammée et avait trouvé le moyen de s’exhiber entièrement nu devant elle.

Source : Free-Photos – Pixabay

À l’époque, la jeune femme avait une première fois porté plainte pour le comportement de son voisin. Le policier l’ayant reçue a « rempli une fiche d’information » alors que la plainte relevait réellement du procès-verbal. Résultats : le signalement de la jeune femme n’est jamais remonté au niveau judiciaire et il n’y a pas eu d’enquête ou de convocation du harceleur. En fin de compte, la jeune femme mourra deux ans plus tard, poignardée et seule.

En liberté conditionnelle au moment des faits

Le 9 octobre 2017, Louise Lavergne a été retrouvée morte, poignardée par son agresseur. Lors de l’enquête, les policiers ont retrouvé le signalement de la victime fait deux ans auparavant et se sont rapidement intéressés au passé de ce voisin exhibitionniste.

Source : timokefoto – Pixabay

Ce dernier, âgé de 54 ans, avait déjà été condamné pour viol en 2004 et 2006. Au moment des faits, il était en liberté conditionnelle et sous surveillance électronique. Inculpé et placé en garde à vue, il a rapidement avoué les faits et a été emprisonné… avant de très probablement se suicider dans sa cellule quelques mois plus tard.

L’affaire avait secoué la police locale, qui a reconnu une « erreur de traitement ». Un enquêteur a également été suspendu au démarrage de l’enquête.

Source :

20 Minutes