Accueil La Newsly Room Certains compléments alimentaires seraient inutiles

Certains compléments alimentaires seraient inutiles

385
PARTAGER
Source : Bru-nO - Pixabay

Au Canada, une équipe de chercheurs de l’université de Toronto s’est penchée sur la réelle efficacité des compléments alimentaires. Certains sont très populaires et, généralement au retour de l’hiver, de nombreuses personnes aiment faire une cure de vitamines et de compléments. Cependant, il semblerait que certains d’entre eux soient complètement inutiles.

Les compléments de vitamines C et D dans le collimateur des chercheurs

Les chercheurs ont pris le temps d’analyser les résultats d’études publiées entre 2012 et 2017. Ces dernières avaient pour objectif de mesurer l’efficacité des cures de compléments alimentaires sur la santé d’un individu.

Source : naturalpastels – Pixabay

Ainsi, selon leur dernier rapport, les compléments alimentaires de vitamine C, D ou de calcium (et qui se trouvent dans les traitements les plus populaires) n’auraient aucun impact sur la santé d’un individu. En revanche, les cures de vitamines B9 et B (combinées entre elles) seraient capables de réduire les risques de maladies cardio-vasculaires.

En dehors des vitamines B (B6, B9 ou acide folique), aucune récente étude ne permet de prouver l’efficacité des compléments alimentaires sur la santé d’une personne, bien que ce soit une économie très rentable pour les laboratoires qui les produisent.

Un régime alimentaire sain reste largement suffisant

Les chercheurs de l’université de Toronto ont déclaré que le maintien ou la mise en place d’un régime alimentaire sain était la meilleure option pour apporter à son organisme toutes les vitamines et les nutriments nécessaires.

Source : MapleHorizons – Pixabay

Jusqu’à aujourd’hui, toutes les études menées sur le sujet ont démontré que rien n’était plus efficace que la consommation de portions équilibrées d’aliments végétaux non transformés (légumes, noix et fruits).

Si cela vous intéresse, vous pouvez retrouver le rapport de David Jenkins (l’auteur de la recherche) sur le magazine Science Daily via ce lien. Attention cependant, l’article est en anglais.