Accueil La Newsly Room Meurthe-et-Moselle : la famille portée disparue est saine et sauve

Meurthe-et-Moselle : la famille portée disparue est saine et sauve

755
PARTAGER
Source : Myshanah - Pixabay

Hier, nous vous partagions un article traitant de la disparition de la famille Da Silva. En effet, cette dernière ne donnait plus de nouvelles depuis le 28 avril, leur maison était vide et avait été forcée. L’aînée du père de famille avait prévenu la police. Au final, plus de peur que de mal, puisque la famille a été retrouvée à Montpellier, saine et sauve.

Un cambriolage qui inquiète

N’ayant plus de nouvelles de son père, l’aînée, accompagnée de sa sœur cadette, avait décidé de se rendre chez ce dernier le 2 mai. La maison était vide de toute présence humaine et avait été retournée. Dans un premier temps, elles ne s’étaient pas inquiétées, mais elles avaient prévenu les forces de l’ordre pour faire constater le cambriolage.

Source : Police Nationale 54

Cependant, l’absence de nouvelles persistante les poussera à s’inquiéter et la Police nationale publiera un avis de recherche.

La famille penche pour une fuite

Interrogée par France Info, les deux sœurs penchent pour une fuite, causée par leur dépendance aux stupéfiants. Selon elles, la famille est partie avant qu’il ne lui arrive quelque chose de fâcheux. Par ailleurs, une poussette avait disparu, ainsi qu’un cadre photo sur lequel étaient présents les deux parents et leurs deux enfants.

Source : rebcenter-moscow – Pixabay

Après que la disparition eut été reconnue par les forces de l’ordre, une enquête a été ouverte. Selon les premiers éléments recueillis, il semblerait que la famille ait fui à cause d’un trafic de stupéfiants dans lequel les parents étaient impliqués.

Pour rappel, ils étaient tous les deux suivis et étaient censés prendre un traitement à base de méthadone. C’est un substitut aux drogues dures, utilisé pour aider les patients à se sevrer. Or, les deux filles du père de famille avait vu les 200 flacons de méthadone quand elles s’étaient rendues au domicile. Elles en avait conclu que leur père et sa compagne ne suivaient pas leur traitement.